La synthèse Best du printemps-été 21

L’enquête Best réalisée lors du salon Première Vision Paris de février 2020 auprès de 339 exposants de Fabrics et Designs indique quels seront les courants couleurs, matières et décors majeurs du printemps été 21. Les sélections réalisées par les marques de mode internationales sont décryptées et analysées pour identifier les convictions et intuitions des stylistes et acheteurs.
Découvrez les Best Couleurs ici, ainsi que les points forts spécifiques articulés par marché, pour la femme, pour l’homme et le sport & tech.
Vous pouvez également retrouver l’ensemble des produits sélectionnés sur la Marketplace Première Vision, et les commander directement en ligne.

Le virage enclenché l’hiver dernier se confirme indéniablement dans les enquêtes Best. Les marques de mode se tournent vers une mode plus écoresponsable. Dans tous les univers et sur tous les marchés, les résultats chiffrés sont clairs, l’intérêt pour les développements plus durables et plus respectueux de l’environnement ne fait que croitre. Cette valeur prioritaire pour les acteurs du sport et de l’outdoor s’inscrit de plus en plus en connivences avec la haute technicité. Au masculin comme au féminin, cette notion devient compatible avec le chic, l’originalité et la fantaisie. Au-delà du succès de matières recyclées ou organiques, la question de la traçabilité devient cruciale. L’émergence de produits recyclables ou biodégradables laisse penser que cet intérêt se transforme progressivement en une démarche plus globale. Point notable concernant l’évolution de cette nouvelle donne du secteur : un décloisonnement apparait entre l’exigence de matières moins polluantes et la quête de qualité, de personnalisation et d’innovation.   

Eco-responsables


Sourcez les matières écoresponsables sélectionnées suite à l’enquête des Best printemps-été 21, en ligne sur la Marketplace Première Vision. 

 

Densité tactile

La qualité de la matière doit être détectable au toucher. Quelques soient les poids, une certaine consistance est recherchée. La finesse est préférée compacte, la fluidité gagne en plombant, mêmes les tissus délicats doivent manifester leur solidité. Les soieries aériennes sont voulues palpables, enrichies de rondeur organza. Les draperies d’étés séduisent par leur légèreté affermie, façon mohairs peignés. Les touchers papier sont à l’honneur avec des poids plumes techniques majoritairement choisis craquants. Les cotons souples et mélanges cupros ou lyocells sont aimés densifiés au maximum. Cette unanimité pour une sophistication intériorisée des matières annonce une mode séduisante au-delà des apparences.


Simplification graphique

De l’impact visuel sans artifice, c’est ce que traduisent les choix de fantaisies des acheteurs. Ils cherchent des dessins qui s’affichent clairement, mais sans outrance. D’où le succès des motifs stylisés, se détachant nettement des fonds, des fleurs et géométries en aplat et des tracés précis. Les rayures n’échappent pas à cette envie de simplification graphique, avec une majorité de rayures bâton et tennis préférées bien régulières, souvent affinées et espacées. Les colorations privilégiées par les designers confirment de ce courant, de l’intensité pigmenté sans mélange multicolore tapageur. Dans l’enquête, deux options émergent de ce constat. Un engouement pour les multi-teintes en tons-sur-tons et une augmentation des sélections de décors aux contrastes francs et économes en couleurs.

Textures expressives

Cette saison les unis montent en puissance dans la demande. Les choix bannissent la complexité sans voter pour l’uniformité. Au premier plan, les surfaces animées d’irrégularités subtiles et de reliefs frémissants. Les réinterprétations du shantung et fines flammes soyeuses séduisent l’univers féminin. Qquant au masculin, la naturalité du lin infuse une majorité des choix. Les draperies se conjuguent au végétal, le renouveau du shirting city vient du lin affiné à l’extrême. Dans cette veine, en coton casual, pour l’homme comme pour la femme, deux axes se détachent des sélections. Les mélanges avec du chanvre ou du lin qui affichent discrètement leur authenticité. Et pour les pantalons et les tops, les créponnés légers, les aspects légèrement froissés, pas repassés, reprennent une position leader dans les résultats chiffrés.

Lustre subtil

Du coté des aspects, un virage s’opère. La brillance, en forte progression dans l’univers féminin lors des dernières enquêtes, se redéfinit et attire de manière plus transversale. Rien d’extraverti dans les reflets cette saison, en soierie comme en maille, les luisances sont préférées discrètes. En draperie, le lustre est gage de noblesse. Les shintzés se font remarquer, de manière encore timide, mais sur tous supports. Chez les spécialistes des tissus techniques, si la matité recueille la majorité, les brillances choisies sont de plus en plus sophistiquées et évoquent les tissus soyeux. En revanche, phénomène notable, le coton n’est plus synonyme de matité. La demande de qualités mercerisées est croissante en maille comme en chaine et trame. Et surtout, ces demandes concernent l’ensemble de la silhouette, du top au trench, en passant par les robes et pantalons.