GLOBAL EVENTS FOR FASHION PROFESSIONALS​

GLOBAL EVENTS FOR FASHION PROFESSIONALS​

Savoir-Faire Denim : Les solutions de teintures responsables

Depuis plusieurs saisons, Denim Première Vision prend la parole sur l’éco-responsabilité et valorise à travers une sélection de produits les efforts de ses exposants pour proposer des Denims plus respectueux de l’environnement. Rappelons que le denim fait partie d’un des premiers secteurs textiles à s’être engagé dans une démarche plus propre et que les solutions se multiplient sur toute la chaîne de production pour aboutir au cercle vertueux. Des solutions techniques et technologiques.

Retrouvez dans nos articles dédiés au denim responsable les innovations durables mises en place par les exposants de Première Vision pour guider votre sourcing et construire vos futures collections.

Étape incontournable de la fabrication d’un jean, la teinture constitue un axe primordial pour réduire l’impact sur l’environnement. Les efforts portent alors sur plusieurs angles : utilisation de teintures naturelles et bio, réduction des produits chimiques, de l’énergie ou encore de l’utilisation de l’eau.

Les solutions de teintures responsables

L’ALTERNATIVE ORGANIQUE 

En alternative aux colorants conventionnels, les teintures issues de la nature apparaissent comme une première option. Ces teintures dites écologiques sont réalisées à partir d’éléments organiques végétaux ou minéraux.

L’indigo reste le colorant de choix dans l’industrie du denim. Pour remplacer sa version synthétique, l’utilisation de la plante Indigofera Tintoria s’affiche comme une réponse intéressante notamment lorsque celui-ci provient d’une source renouvelable. Afin d’éviter une extraction trop importante et dommageable pour la bio-diversité, d’autres sources de colorants se développent avec des rendus esthétiques bien spécifiques.

Les végétaux fréquemment usités proviennent de champignons, d’herbes, fleurs ou d’extraits de bois alors que les colorants minéraux utilisent des pigments issus de roches ou de terres comme l’argile. Ne nécessitant aucun produit chimique, cette technique s’avère totalement inoffensive. D’un point de vue environnemental, elle est biodégradable et pour l’homme elle peut se targuer d’être hypoallergénique. Ancestrale, cette technique a bénéficié des dernières avancées technologiques des exposants. Les colorants se fixent mieux qu’auparavant et octroient des rendus couleurs bien particuliers. Complètement en lien avec la naturalité esthétique recherchée ces dernières saisons, ils se concrétisent par des effets aléatoires, effacés ou encore évanescents.

Les teintures éco-durables utilisent uniquement des matières premières organiques et compostables. Les végétaux – fleurs, baies, racines – sont séchés puis infusés sans additifs chimiques rendant les déchets issus de ces teintures totalement biodégradables et exempts de micro-plastiques.

COLORANTS NOUVELLE GENERATION

Les recherches et innovations des teinturiers se concentrent aussi sur la bio-conception de colorants à la performance accrue. Travaillés à partir de déchets alimentaires et agricoles, ces polymères naturels sont souvent le fruit de recettes concoctées en interne par les teintureries et peuvent même être brevetées. 

Parmi les exemples, on peut retrouver les déchets de carapaces de crevettes, ou encore de végétaux comme le marc de raisin, les champignons ou encore les fibres eucalyptus employées à l’origine pour la fabrication des fibres cellulosiques comme le tencel. Utilisés pendant le processus de teinture, à l’étape de l’encollage notamment, ces bio-polymères réduisent considérablement l’emploi de l’eau, des produits chimiques ainsi que de l’énergie par rapport aux méthodes conventionnelles. Entièrement biodégradables, ces colorants nouvelle génération facilite également le recyclage du produit en fin de vie.

Cette méthode permet d’accéder à une plus large palette de rendus chromatiques et à des rendus au look vintage.

LESS IS MORE

L’indigo, dont la poudre pigmentaire bleue intense a la particularité de détenir un pouvoir colorant élevé, s’avère difficilement soluble dans l’eau. Il nécessite donc un traitement souvent chimique ainsi qu’une grosse quantité d’eau avant de pouvoir l’exploiter en teinture. Des axes sur lesquels les exposants entendent agir afin d’améliorer ses performances en termes de durabilité. Résultat : de nouvelles innovations arrivent sur le marché qui séduisent nos exposants, comme par exemple une teinture indigo à la texture mousseuse rendant l’indigo facilement exploitable. 

L’émulsion est étalée sur le tissu qui prend immédiatement les couleurs intenses de l’indigo. Une technique qui en prime ne requiert pas de colorants ni de solvants chimiques tels que l’aniline et pratiquement pas d’eau ni d’énergie. Le tout pour des résultats équivalents à une teinture conventionnelle !

Autre exemple, la transformation des colorants de l’indigo qui passent de soluble à liquide. Cette forme liquide devient directement utilisable pour la teinture, améliore la teinture du fil et évite l’utilisation des agents chimiques habituellement usités dans les teintures classiques comme l’hydrosulfite de sodium ou la soude caustique. Des substances particulièrement toxiques pour l’environnement si elles sont mal gérées.

Ces différentes techniques permettent généralement de recevoir plus facilement les accréditations qui prouvent l’absence de substances nocives comme la certification Standard 100 d’Oeko Tex® ou encore d’être conformes à la réglementation européenne Reach sur les produits chimiques.

Un autre process consiste à faire pénétrer les pigments de couleurs moins profondément dans le fil avec à la clé une réduction conséquente de la consommation d’eau et d’énergie.

TEINTURE A l’AZOTE

La teinture à l’azote consiste au contraire à faire pénétrer l’indigo très profondément dans le fil. Durant le processus de teinture, le fil qui s’apprête à être teint traverse une chambre remplie d’azote ce qui s’accompagne d’une réaction chimique d’oxydation. Le pigment réagit à l’oxygène et intensifie le processus de teinture. Cette technique réduit le nombre de bains conventionnels qui passent d’une moyenne de 7 à 2 et engendre une réduction de produits chimiques puisque le process ne nécessite plus d’hydrosulfites ou d’agents fixateurs et réduit considérablement l’utilisation d’eau. En pénétrant profondément dans le fil, les teintes obtenues sont profondes et ne se limitent pas au bleu puisque le gris et le noir sont également envisageables. Ils conservent leur couleur longtemps et évitent que celles-ci ne déteignent.

Retrouvez également notre article dédié aux finissages éco-responsables dans le denim ainsi que celui sur les accessoires pour continuer votre sourcing denim et aboutir à une démarche responsable globale.

La prochaine édition de Denim Première Vision sera 100% en ligne avec la Digital Denim Week.
Rejoignez-nous du 5 au 9 sur denim.premierevision.com.

 

Article précédent Savoir-faire accessoires : Les solutions éco-responsables Article suivant Les Influences Denim de l’Automne-Hiver 22-23

Articles sur le même sujet

maille, knit, trends

Savoir-faire : mailles décor

Savoir-Faire Denim : Les nouveaux finissages à impact réduit

Denim de soirée pour l’automne-hiver 22-23

L’invitée de la mode : Sabine le Chatelier et ses choix Sport AH 22-23

Actualisation Homme PE22 : Un vestiaire urbain, fun et optimiste

Sport & Tech AH 22-23 : Un fitness « démocratique »