GLOBAL EVENTS FOR FASHION PROFESSIONALS​

GLOBAL EVENTS FOR FASHION PROFESSIONALS​

Denim Automne-Hiver 23-24 : Fantaisie multifacette

La saison AH 23-24 annonce avec réjouissance un retour en force du denim. Authentique et hautement expressif, il s’inscrit irrémédiablement dans le revival des années 90 qui infuse les partis pris créatifs de la saison. Le denim sort des sentiers battus. Imprévisible, il s’immisce aussi bien dans les soirées que sur les défilés, avec pour seul maître mot une fantaisie assumée et multifacette.

Cette fantaisie puise son inspiration dans notre quotidien pour y apporter une touche de poésie végétale, de dérision déjantée ou d’élégance. L’architecture citadine et les arts urbains sont une source créative inépuisable. La nature riche et foisonnante s’associe aux dernières technologies pour nous surprendre.

Urban Denim 

Les créatifs redécouvrent avec plaisir les mégalopoles et leur frénésie et s’attèlent à donner un nouveau souffle à notre quotidien. Ils insufflent une dose de fantaisie dans les collections denim avec des jeux de constructions et déconstructions architecturales. Ils s’amusent aussi à façonner le territoire urbain d’une nature foisonnante. Les toiles denim s’envisagent ainsi comme les façades d’une ville, où fleurs et végétaux peuvent s’exprimer sans contraintes.

 

Constructions architecturales

Les denims aux délavages clean évoquent des murs en béton épurés qui se parent d’éléments graphiques. Agencés dans un jeu illimité de constructions et de déconstructions, ils apportent une touche de fun et d’optimisme.

Dans un esprit d’upcycling, la technique du patchwork se décline autour de motifs géométriques. Triangles et rectangles fusionnent en s’imbriquant en référence aux éléments urbains de notre quotidien. Des formes de différentes tailles, matières et motifs se chevauchent. Les poches s’imaginent dans différents jeux d’échelle, comme issues de chutes de tissus, et s’empilent à l’infini pour mimer le rythme effréné de notre ordinaire.

Un clin d’œil au street art fait aussi émerger un fort besoin d’expression. Sur les jeans, les slogans s’accumulent en format XXL, avec des lettrages et patchs assemblés spontanément sur des fonds multicolores. Les techniques de dévorés et d’impression laser s’affichent sur des denims foncés.

Foisonnante nature 

La nature, omniprésente cette saison, imprègne aussi les partis pris créatifs du denim : une façon de faire rentrer la poésie du végétal dans nos univers.

Des feuillages exubérants et mystérieux, sous forme de jacquard, animent avec force la surface des jeans. Dans un esprit plus tachiste, les jacquards forment des camouflages végétaux abstraits grâce à des jeux de matières – les trames se superposent et les hauteurs de tons se mêlent en camaïeu. Ils s’enrichissent parfois de discrets fils lurex. Cette nature raffinée se matérialise à travers des voiles de coton ultra légers, à la limite de la transparence, et brodés de fils indigo représentant des fleurs réalistes ton sur ton.

Revival grunge

Place aussi au revival des années 90 à travers le mouvement grunge. On imagine ici un univers brut, authentique et très démonstratif.

Surfaces accidentées

Les denims sont usés, troués, abîmés voire déchirés. Des empiècements frangés se positionnent de façon anarchique comme des rapiècements et s’inscrivent dans une démarche d’upcycling. Les jeans sont sublimés grâce à la technique du laser : les surfaces sont modifiées, râpées et abrasées avec véhémence. Les délavages gris et noirs aléatoires sont privilégiés et se placent en accent de façon incongrue sur le vêtement. D’intenses aspects cirés imitent des tâches d’huiles de moteur répandues en surface et les enduits mats rappellent des cuirs authentiques. Les surfaces sont rouillées à certains endroits et s’entremêlent à des parties plus jaunies, comme vieillies. Les accessoires s’appuient sur cette esthétique. Les rivets affichent des aspects rouillés et les étiquettes arborent des formes détériorées par le temps.

Franges hirsutes

Cette extravagance se reflète aussi grâce à des jeux d’effilochages outranciers. Des effets frangés, plus ou moins hirsutes, comme des poils fous, s’entrelacent dans le denim ou s’extirpent comme pour se libérer. Sur des denims bruts, les fils multicolores et éparses évoquent des crêtes dégarnies habillant ainsi les surfaces d’une touche décalée. Jouées en ton sur ton, les crinières excentriques aux poils longs et drus évoquent d’étranges animaux.

 

Retrouvez les autres décryptages de l’AH 23-24 dédiés au denim dans notre magazine ainsi que les webinars consacrés aux tendances denim de la prochaine saison dans notre digital show ou en physique à Berlin du 17 au 18 mai.

Previous post Factor-Hit – Durabilité économique : rendons-la possible Next post Denim Automne-Hiver 23-24 : Un denim imprévisible