test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test test 


GLOBAL EVENTS FOR FASHION PROFESSIONALS​

GLOBAL EVENTS FOR FASHION PROFESSIONALS​

Smart Creation, le podcast. Episode 42

Épisode 42 : Sylvie Chailloux, Présidente de l’Union Française des Industries Mode & Habillement – UFIMH – (Organisation professionnelle)

Pour les 20 ans du salon Made in France de Première Vision, Smart Creation s’intéresse aux enjeux économiques pour une mode durable et désirable avec Sylvie Chailloux, dirigeante de Textile du Maine et présidente de l’Union Française des Industries de la Mode et de l’Habillement.

L’UFIMH est une organisation professionnelle nationale représentant les métiers de l’habillement. Sylvie Chailloux souhaite engager à travers son rôle de présidente un réel changement des mentalités au sein du secteur textile. Car pour elle, tous les acteurs ont un pouvoir d’action sur la mode responsable : designers, acheteurs, fabricants, marques et consommateurs, cet épisode vous concerne !

La réindustrialisation est le point majeur ayant un impact sur le marché du travail et la consommation puisque aujourd’hui, la fabrication française représente 450 entreprises et 11 000 emplois en France.  Convaincue que le Made in France ne coûte pas plus cher, il serait en plus un moyen de redonner du sens à l’achat et de la valeur au produit. Réindustrialiser, investir et innover en s’accompagnant des avancées technologiques, voilà ce qui valorisera de nouveau la filière textile en France.

« Si chaque français consommait 80g de textile français, soit l’équivalent d’une paire de chaussettes, cela générerait 4 000 emplois. »*

*Selon une étude de l’Union des Industries Textiles.

Dans cet épisode, Sylvie nous partage ses convictions sur la relocalisation, les chiffres clés du Made in France et des exemples de systèmes de production alternatifs basés sur les données.

 

« Le Made in France n’est pas si cher, mais nos acheteurs ne sont pas prêts. Aujourd’hui, ils sont rémunérés sur le principe suivant : plus ils achètent bas, mieux ils sont rémunérés. Tant que les dirigeants des entreprises ne réformeront pas leur fonctionnement interne, on aura du mal. »

Retrouvez tous les épisodes de notre podcast Smart Creation

Previous post Une nouvelle silhouette signée Armine Ohanyan pour le salon Made in France Next post Berto présentera sa collection AH 23-24 pour la première fois à Berlin pendant Denim PV