GLOBAL EVENTS FOR FASHION PROFESSIONALS​

GLOBAL EVENTS FOR FASHION PROFESSIONALS​

La question éco : Pourra-t-on un jour mettre ses vêtements au compost ?

La vie ne serait-elle pas plus belle s’il était possible de mettre notre vêtement préféré au compost une fois l’avoir usé jusqu’à la corde ? Notre top fétiche pourrait alors devenir un amendement pour notre jardin ! On signe où ?

Entre rêve et réalité, va-t-on vraiment pouvoir un jour transformer nos vêtements en engrais ? Voici quelques éléments de réponse.

Coton, lin, chanvre, ortie, lyocell… vous avez dû vous apercevoir que de plus en plus de matières se revendiquaient biodégradables, voire compostables. Plutôt logique après tout, ce qui est naturel devrait pouvoir revenir « naturellement » à la nature, non ? Vrai… et faux !

Ces qualités sont avérées pour la fibre, et permettent à votre fournisseur d’avancer légitimement cette vertu. Cependant, il y a toujours un mais, cette matière brute a été d’abord transformée avant de devenir votre matière finie ; et ces transformations ont pu changer sa biodégradabilité.

Connaître le cycle de production de la matière

Les traitements, teintures, enductions, membranes, décors apposés lors de la transformation de la matière peuvent être un frein à la biodégradabilité.

Ils peuvent présenter des composants altérant la capacité initiale de biodégradabilité, et dissimuler des traces écotoxiques dans l’environnement une fois la matière désagrégée.

La biodégradabilité et la compostabilité doivent être garanties sur un produit fini, et non uniquement être mises en valeur pour les qualités de la fibre brute.

Tester les conditions et faire certifier le produit fini

Différents paramètres entrent en compte pour activer la transformation de la matière.

  • Le milieu (oxygène, pH, température, humidité, micro-organismes activant le procédé…)
  • La structure et les propriétés du matériau
  • Le degré de décomposition et le temps nécessaire
  • La non-toxicité et absence de métaux lourds

Des normes encadrent les méthodologies de tests et seuils nécessaires pour prétendre à un qualificatif de compostable. La compostabilité est étudiée dans des conditions de compost domestique ou industriel. Les installations industrielles présentent des conditions idéales pour permettre l’optimisation de la transformation, en maintenant la température, humidité, pH, brassage nécessaire.

Elles restent néanmoins pour le moment peu développées à grande échelle. Les composts domestiques ont eux l’avantage d’être plus répandus, cependant il n’est pas si aisé de générer les conditions nécessaires à un compost de qualité car il ne suffit pas d’accumuler des déchets organiques : un compost doit comporter un équilibre de plusieurs éléments, et c’est justement pour ça qu’il ne doit pas être envahi de textiles en fin de vie pour pouvoir porter ses fruits.

La compostabilité textile doit être un atout en fin de vie, utilisée à bon dosage et pas une solution de nouveau produit prêt-à-consommer et prêt-à-jeter ! 

Article précédent L’invité de la mode : ISNURH Article suivant Smart Keys : Quels sont les fondamentaux de la bientraitance animale ?