GLOBAL EVENTS FOR FASHION PROFESSIONALS​

GLOBAL EVENTS FOR FASHION PROFESSIONALS​

Focus couleurs fantaisie AH 23-24 : cadences et décadences

La gamme Automne-Hiver 23-24 affiche trois partis pris affirmés autour de couleurs gustatives, dissonantes ou apaisées.

Naviguant entre discrétion et extravagance, le parti pris décrypté ici se décline dans des couleurs à la fois essentielles et maximalistes. Entre cadences et décadence, il met en scène des vifs opulents et des sombres aux pigments puissants, le tout ponctué de fondamentaux raffinés. Ces couleurs s’invitent avec démesure dans les tissus fantaisie de la saison. Les tensions chromatiques dissonantes apportent une radicalité, et prônent des esthétiques empreintes de réalités virtuelles et multi-sensorielles.  

Entre matérialité exacerbée et nature digitalisée, découvrez les couleurs de la gamme AH 23-24 qui font vibrer les tissus de la saison en vous connectant ici avec votre compte Première Vision Paris.

Retrouvez également ici la gamme couleurs Première Vision Paris ainsi que nos autres décryptages consacrés à la couleur. 

Contrastes mouvementés

Coloris foncés et vifs opulents se la jouent résolument Couture. Les associations chromatiques contrastantes chahutent les soieries les plus classiques. Elles amplifient la beauté de ces matières luxueuses pour les faire sortir de leur discrétion. Pour un effet dramatique presque théâtral !

En mouvement

Les draperies de la saison prônent une liberté totale. L’impact visuel des couleurs s’allie à la sensorialité exacerbée des textures.

Leurs nouveaux comportements se font plus versatiles et s’adaptent aux nouveaux modes de vie. Ces mélanges innovants en polyesters recyclés ou cupros se couvrent de rendus insolites, plus mats, à la brillance dépolie et aux sensations talquées sous la main. Associés à des coloris intenses comme « le controversial pink », le « clearly red » ou encore le « egg yoke », ils bousculent nos habitudes et rajeunissent le vestiaire smart ou soirée. Naturellement stretch, ils adoptent une belle rondeur et n’entravent pas le mouvement. De quoi construire des robes près du corps au toucher peau de pêche et à la coupe épurée.

Ambiance théâtrale

Les soieries, façon grand soir, se parent de tous les signes extérieurs de richesse. Constituées de soies brillantes et luxueuses, elles s’accompagnent de teintes intenses comme le « trivial violet ». Elles construisent ici des robes longues, aux détails couture, pour un luxe affirmé presque dramatique.

Joués dans le gris « conforting grey », cette soie coulante prend des allures de mercure telle une armure des temps modernes. Elle se décline sur des slipdress, à la simplicité déconcertante, pour des silhouettes qui concilient la sobriété de la coupe et l’opulence de la matière.  Un luxe minimaliste pour effet maximaliste !

Plus excentriques, voire délirants, les tissus façonnés se réhaussent de fils chenilles. Ils affichent leurs poils hirsutes, dans des couleurs vives comme le « trivial violet » par exemple, pour décaler le clacissisme des tailleurs.   

Prisme de couleur 

Les foncés de la gamme comme le « night green » ou le « grey opulence » agissent en puissants moyens de contraste. Ils augmentent la visibilité de nuances plus intenses comme le « vitamin halo », le « controversial pink » ou le « clarified red ». Ils évoquent un prisme de couleurs flamboyantes qui se reflètent à l’infini sur les tissus les plus exubérants de la saison. Des clashs chromatiques qui rappellent l’influence de l’ère digitale sur notre rapport à la couleur.   

Végétation digitale

Les teintes végétales, source d’inspiration inépuisable, sont repensées sous le prisme du virtuel. Les couleurs sont saturées, comme passées sous filtre. Les décors de fleurs figuratives paraissent rétroéclairées. Les dentelles au dessin de végétations exagérées retrouvent un second souffle grâce au colori « green epilogue ». Les brillances métallisées leur apportent une touche mystérieuse. Les motifs jacquards opulents se parent de luisances sombres et changeantes tout droit sorties de forêts étranges.

D’autres  jacquards, gaufrés et smockés bouillonnants, s’assortissent de couleurs quasi artificielles, telles que le « high-tech lime », évoquant   des mousses expansées hallucinatoires. Velours et crêpes aux surfaces délicatement texturées se déclinent dans des gammes intenses, exemple du « vert epilogue », alors que le passage de la main apporte de la nuance et laisse entrevoir de subtils camaïeux de couleurs.

Cosmic trip

Ces luisances métalliques prennent aussi des nuances étranges et sombres évoquant des galaxies lointaines. Une ambiance cosmique rappelant la voie lactée, sublimée par des fonds de noirs colorés, « gray opulence » ou « relic blue », et qui s’invite sur des surfaces satinées ou veloutées pour en amplifier l’effet. Les paillettes se parent de nuances irisées, fumées et d’intrusions vives qui revisitent les costumes et vêtements d’apparat.

Retrouvez aussi les autres décryptages couleurs de la saison, ainsi que la gamme couleurs imaginée par les équipes Mode de Première Vision Paris.

Article précédent Focus couleurs cuir AH 23-24 : Une palette riche et sensorielle Article suivant Le salon Denim Première Vision sort le costume en jean à Milan

ArticlesConnexes

L’invité de la mode : Denzilpatrick

Découvrez la saison de l’automne-hiver 23-24

Slow Devored par l’Atelier Sumbiosis

Les enjeux du Denim éco-responsable

Denim Automne-Hiver 23-24 : Fantaisie multifacette

Denim Automne-Hiver 23-24 : Un denim imprévisible