Segno Italiano, sous le signe de l'Italie

segno_italiano_portrait_credit_valentina_sommarina
Le collectif Segno Italiano, qui depuis 2010 s’emploie à la revalorisation des cultures artisanales italiennes, signe la nouvelle scénographie de l’espace Maison d’Exceptions.
Deux de ses fondateurs, Alberto Nespoli et Domenico Rocca, reviennent sur les valeurs et les motivations qui les ont poussés à se lancer dans la formidable aventure Segno Italiano, avec pour but d’accompagner le développement d’une sélection de producteurs locaux et de faire rayonner l’histoire et le patrimoine du design italien dans le monde entier.
Ils répondent à nos questions et expliquent comment leur attrait pour la mode leur a permis d’imaginer une scénographie originale et évolutive pour l’espace Maison d’Exceptions, afin de mettre en valeur l’excellence des savoir-faire textiles internationaux présentés chaque année à Paris dans le cadre du salon Première Vision.
Pourquoi, en tant que designers, avoir choisi de vous concentrer sur le patrimoine et les savoir-faire italiens ?
Alberto Nespoli : Une partie de mes études et de mes premières expériences professionnelles se sont déroulées au Japon, en Australie et aux Pays-Bas. Ces expériences à l’étranger m’ont aidé à mieux cerner tout le potentiel de l’Italie dans le domaine artisanal, et à comprendre à quel point ses savoir-faire sont méconnus.
Domenico Rocca : L’Italie regorge en effet de savoirs et de connaissances, et chaque région a ses propres spécificités liées à différentes matières ou différents produits. C’est une richesse de patrimoine qui ne doit pas disparaître, et en tant que designer italien, c’est une formidable opportunité que de pouvoir l’étudier de près, que d’apprendre ses techniques et ses processus spécifiques. De plus, les formes des objets que nous définissons comme archétypales – celles qui sont profondément ancrées dans la mémoire collective – ont une beauté intemporelle rarement égalée par les formes contemporaines, nées des tendances ou des modes passagères.
ceramiques_este_1
Céramiques d’Este
AN : De retour en Italie en 2010, Domenico et moi-même avons donc commencé à imaginer le projet Segno Italiano. Notre réflexion s’est appuyée sur deux « études de cas ». D’abord, l’observation du secteur de la mode, qui a su valoriser le savoir-faire italien sur la scène internationale. Ensuite, la collaboration entre l’association Slow Food qui défend les petits producteurs et les spécificités des productions locales, et la chaîne de distribution alimentaire Eataly qui distribue ses produits gastronomiques italiens dans le monde entier.
DR : Segno Italiano est avant tout un projet d’entreprise qui ne doit pas seulement bénéficier de l’œil du designer, mais être également en mesure d’accompagner le développement de notre patrimoine sur le plan commercial.
AN : En tant que designer/entrepreneur, j’ai décidé de développer Segno Italiano comme un modèle pionnier dans le but de mettre en lumière la véritable excellence de l’artisanat italien dans les secteurs de l’ameublement et de la décoration. L’objectif est de mettre en place un système autour des maîtres-artisans afin de promouvoir leur travail dans le monde entier.
Comment sélectionnez-vous les savoir-faire et les producteurs avec lesquels vous collaborez ?
AN : Notre travail repose à la fois sur des recherches fouillées sur le territoire et l’étude d’archives. Nous avons une préférence pour les ateliers et les sociétés qui ont une production historique. Centenaires dans la plupart des cas. Ils sont une source intarissable que personne en ce moment, sauf Segno Italiano, n’exploite réellement.
ceramiques_este_archives
Céramiques d’Este (archives)
DR : Nous recherchons toujours des techniques très spécifiques et des typologies de produits toujours différentes les unes des autres. Elles doivent être très caractéristiques du territoire, comme les bons vins ou les bons fromages, qui se distinguent les uns des autres de par leur odeur et leur goût, en fonction des régions.
AN : L’Italie est célèbre pour son design industriel et ses grands maîtres : les frères Castiglioni, Joe Colombo, Franco Albini ou encore Ettore Sottsass. Mais nous avons oublié l’origine de tout cela : le savoir-faire de l’artisanat italien. Nous complétons la recherche et l’étude des archives par une analyse commerciale et nous établissons des contrats d’exclusivité avec les producteurs sélectionnés. Nous planifions des stratégies de développement avec nos partenaires artisans et choisissons les marchés à « attaquer ». Le travail est très complexe et nécessite différents profils professionnels pour constituer les équipes de Segno Italiano : directeur artistique, chef de produits, designer d’intérieur, responsable des ventes, bureau de presse.
fabrication_verre_empoli
Fabrication du verre à Empoli
Les designers privilégient souvent la nouveauté, la particularité de votre approche passe au contraire par la mise en valeur de la beauté du design traditionnel. Vous vous appuyez souvent sur les archives des ateliers avec lesquels vous collaborez. Comment parvenez-vous à renouveler le passé ?
AN : Segno Italiano travaille sur des archétypes ever green, rompant avec la notion de modes provisoires et temporaires. La vison globale de Segno Italiano se construit d’après des scénarios domestiques (la table, la vie en plein air, le studio, la salle privée, la salle du bien-être, etc.), eux-mêmes constitués de collections d’objets archétypaux qui dialoguent les uns avec les autres, en parfaite harmonie. Nous entrons dans les ateliers sur la pointe des pieds, avec la plus grande considération pour les maîtres d’art. Nous en apprenons les secrets avec respect et nous décidons des objets à ré-éditer avec les légères modifications nécessaires à leur contextualisation sur le marché mondial. Dans le cas de certains produits, comme par exemple, le verre vert d’Empoli, cela faisait vingt ans que personne ne le soufflait plus selon la méthode artisanale classique. Nous avons dû relancer l’ensemble de la production, ce qui nous a permis de redécouvrir des formes archétypales extrêmement contemporaines par leur aspect. Le travail de direction artistique est essentiel pour donner une nouvelle vie à nos objets. À partir de ce savoir-faire italien, nous concevons de nouveaux objets et designs d’intérieur (restaurants, hôtels, commerces et appartements privés) avec égard pour la tradition (qui pour nous signifie innovation). De nouvelles collaborations naissent avec le monde de l’art, de la mode et de la restauration. Pour Segno Italiano, il est essentiel de connaître la tradition afin de pouvoir innover.
verre_empoli_ceramique_este_cuivre_trentino
Verre d’Empoli, céramiques d’Este et cuivre du Trentino
DR : De plus, nous mettons systématiquement en lumière les processus de fabrication d’un objet, son histoire et sa matière. Et nous faisons cela de manière non conventionnelle par rapport à la culture traditionnelle des ateliers : courts documentaires vidéo, installations scénographiques présentant le produit, rapprochements avec les outils technologiques et numériques contemporains. Ce sont des moyens d’observer et de respecter le passé et, en même temps, de projeter le travail des ateliers dans le futur. Nous avons une vision de notre projet à l’échelle mondiale, et ce qu’un œil ne connaît pas est toujours perçu comme nouveau. Donc, ce qui est merveilleux, c’est de donner à voir pour la première fois à l’autre bout du monde une chaise qui a 200 ans d’histoire. C’est aussi de cette manière que l’on renouvelle le passé.
segno_italiano_siege
Sedia leggera di Chiavari Tigulline, Segno Italiano
Vous signez la nouvelle scénographie de Maison d’Exceptions. Comment est née cette idée et quelle a été l’inspiration à l’origine de ce projet ?
DR : Nous nous sommes inspirés du travail d’Ettore Sottsass et du groupe de Memphis, le courant d’architecture et de design constitué en Italie dans les années 1980, et nous avons essayé de traduire ses formes au travers d’une construction légère, temporaire, et cohérente du point de vue des matériaux. C’était un moyen de poser un nouveau regard sur le stand d’exposition.
maison_dexceptions_sceno_2
Maquette 3D scénographie Maison d’Exceptions
AN : Nous avons conçu un scénario contemporain en travaillant des matériaux métalliques avec des techniques traditionnelles. L’idée derrière le concept est de créer un paysage changeant et caméléon, composé de plusieurs formes archaïques (totémiques) dont la disposition organique dans l’espace puisse se réinventer à chaque édition. Les couleurs sobres donnent le premier rôle au travail des exposants, en faisant ressortir au maximum les produits sélectionnés. L’éclairage est conçu en touches ponctuelles, tout comme la gamme d’accessoires qui vient faciliter l’utilisation et l’exposition des échantillons. L’élégance et la simplicité sont les règles du travail de Segno Italiano.
maison_dexceptions_sceno_1
Maquette 3D scénographie Maison d’Exceptions
Vous avez créé un écrin pour accueillir les savoir-faire textiles rares du monde entier. Quel est votre propre rapport à la mode ?
DR : La mode dispose de mécanismes complètement différents de ceux du design et encore plus distants de ceux plus lents de l’artisanat. C’est précisément pour cette raison que la mode nous intéresse. Nous regardons plus son rythme annuel rapide et cadencé que ses produits même. De toute évidence, il y a aussi des passions personnelles liées à certaines marques ou types de produits. Je suis par exemple très friand de chapeaux et de souliers de cuir !
segno_italiano_antonio_marras
I piatti rotti si lavano a casa, Segno italiano x Antonio Marras
AN : Nous collaborons aussi avec de jeunes designers pour développer des boutiques, des objets ou des scénographies. Mais pas seulement, car ce qui nous intéresse, c’est le monde de la création à 360 degrés. Nous pensons que les meilleurs projets naissent de la fusion de plusieurs disciplines artistiques. Nous apprécions le minimum, pourvu qu’il soit bon et bien fait et nos aménagements intérieurs sont dessinés avec soin et beaucoup de détails. Pour faire ce travail, il faut obligatoirement se renseigner sur les tissus et les meilleures techniques. Je pense que sur ce point Maison d’Exceptions est un projet très similaire à Segno Italiano.
Pour en savoir plus sur Segno Italiano.
Photo en Une : Portrait de Domenico Rocca et Alberto Nespoli par Valentina Sommariva
Crédits photos : Segno Italiano