Jean-Pierre Ollier, brodeur et ennoblisseur textile, au salon Maison d'Exceptions 1/2


« Mon atelier est séparé en deux : on a une partie où on va d’abord travailler le tissu, c’est à dire qu’on va partir de chouettes tissus qui vont être la plupart du temps unis. Ces tissus on va les peindre, les décolorer, les enduire, les tremper dans du silicone, et une fois qu’on aura une matière qui nous permettra de nous exprimer, on va ensuite travailler à partir de cette matière qu’on va passer dans la deuxième partie de l’atelier, qu’on appelle partie broderie mais qui est plus une manipulation textile où tout est possible du moment que l’effet est satisfaisant et qualitatif. L’intérêt de cet atelier, et même pour notre énergie, c’est surtout d’être dans la recherche permanente. On fait quatre collections par an, du moins on essaye de s’y tenir parce que plus on a de clients et plus c’est difficile, mais en tout cas on essaye à chaque fois de rebondir sur des directions inconnues ou des directions qu’on n’a pas encore cherchées. C’est à dire qu’on a commencé avec des tissus, on n’a jamais fait de la plume donc maintenant on va faire de la plume. Moi j’influe énormément sur ce besoin de saison en saison. »