Détournement de matières

Créée en 1935, dans la lignée des grandes corporations du Moyen-Age, la Fédération Française des Dentelles et Broderies se veut garante du savoir-faire précieux et des traditions de longue date véhiculées par les diverses entreprises du secteur. Propriétaire des marques « Dentelle de Calais » et « Broderies de France », elle protège les savoir-faire de ses entreprises, les promeut par le biais d’expositions, de publications, ou de salons tels Première Vision, et représente leurs intérêts auprès des pouvoirs publics et des professionnels.
Tournée vers de futur, elle favorise l’innovation dans les domaines qu’elle représente, notamment par le biais de concours auxquels participent massivement les élèves des écoles de mode les plus réputés. Le concours « Détournement de matières – Interprétations de dentelles et broderies pour de nouvelles applications », lancé en 2004, propose par exemple aux participants d’explorer de nouveaux territoires, de créer des matières inédites, et d’amener dentelles et broderies là où on ne les attendrait pas : en ornement de bottes ne craignant pas les flaques, sur un abat-jour équilibriste dont la mise en lumière révèle les transparences et la subtilité des motifs, sur un collier sculpture jouant de ses jours et de ses ombres sur la peau qui le porte. Ou, plus surprenant encore, sur des protège-bas fluorescents pour les cyclistes chics, sur des pansements glamourisant les petites blessures, sur une planche de surf  à la féminité non dissimulée, ou même sur des poignées de porte ou des revêtements de sol de salle de bains…