Bilan Manufacturing Proximity

A l’heure où la relation entre sous-traitants et donneurs d’ordre doit être la plus fluide possible, les spécialistes de la confection du bassin euro-méditerranéen et de l’océan Indien ont conscience de leurs atouts. Leur proximité est le point positif qui s’impose en premier. « Pour les réassorts, c’est l’idéal », observe Anabela Ferreira, responsable des plannings du Portugais Unilopes. Même écho en provenance de Tunisie, dont la proximité « favorise les échanges avec l’Europe », rappelle Mayssoun Bouzidi, le responsable du développement de Texpro, spécialisé, notamment, dans le denim. Autre pays gagnant, la Roumanie, d’autant plus si l’entreprise est dotée d’un service technique performant comme c’est le cas de ConfLux, spécialiste de la veste et du manteau et dont les clients s’appellent Christophe Lemaire ou encore Dries van Noten.

Outre cette proximité, la grande demande de cette édition est l’éco-responsabilité. « J’ai beaucoup de visites car le mot « sustainable » est affiché en gros sur mon stand. On sent que c’est vraiment la préoccupation du moment. Or, mon entreprise à une expertise de 25 ans », avance Alexandra Paredes, responsable des ventes du portugais Tetribérica.

« Tout le monde en parle beaucoup, mais personne ne sait trop quoi mettre derrière », observe toutefois Anabela Ferreira (Unilopes) et pour qui ce n’est pas encore une réalité « car cela passe par l’utilisation de matières premières plus chères et toutes les marques ne sont pas encore prêtes à franchir ce cap ».

Les façonniers français ont en tout cas envie de les y inciter. « Nous sommes là pour dire que le made in France ne concerne pas que le luxe. Sur notre espace, 12 fabricants en font la démonstration. Une entreprise française qui respecte les réglementations et le droit du travail est smart par essence. C’est important de le rappeler », explique Karine Leclercq Margraff, la responsable développement de la Maison du savoir-faire et de la création.

Enfin, la demande de petites quantités dominent aussi en raison du ralentissement du secteur. « Le marché est incertain et les budgets sont bloqués pour l’automne-hiver prochain. On est encore sur de l’actualisation », analyse Sophie Lesieur, la gérante de See by U qui travaille avec des façonniers de la zone euro-med. Pour LaGofra, installée au Portugal, c’est cependant une chance à saisir, d’autant qu’elle est certifiée GOTS. Résultat, « le premier jour du salon, je n’ai pas eu le temps de me poser », assure Filipe Prata, le dirigeant.

Cependant, d’autres sous-traitants se trouvent pénalisés par cette tendance. « Nous avons une structure telle que les commandes de moins de 500 pièces ne sont pas rentables pour nous. Nous sommes une des plus importantes usines roumaines avec près de 700 salariés et, en Roumanie, les salaires ont considérablement augmenté », observe Daniela Popa, la directrice technique de Catex. Version Textile, installé en Turquie, se confronte à la même problématique. « La tendance est à des commandes de 200 pièces. Pour une structure comme la nôtre, ce n’est pas viable », assure Bahar Kiran, en charge du marketing.

Découvrez la liste complète des exposants Manufacturing Overseas