Bilan Fabrics février 20: L’écologie se pense et se vit

Voici le bilan du dernier salon tiré par les exposants Fabrics :

Fabrics déjoue les pièges du casse-tête sanitaire chinois. Si le coronavirus s’invite dans les courbes de fréquentation, faisant chuter le nombre d’acheteurs en provenance de l’Empire du Milieu, il n’assombrit pas le climat d’affaires ressenti à Paris. Les deux premiers jours sont jugés « particulièrement actifs », voire « exceptionnels », selon certains exposants. Tintex relève quelque 650 passages et 300 demandes d’échantillons. «Nous accueillons plus de visiteurs qu’il y a six mois », note Catarina Rodriguez, la directrice du développement. Même engouement chez le français Payen, de retour après huit ans d’absence. Le leader européen des fils et tissus élastiques attire sur son stand de nouveaux acheteurs du grand export (Australie, Etats-Unis, Israël) avec sa gamme de polyamide biodégradable. Penn Italia évoque, de son côté, une session « réjouissante » avec « une mobilisation sans précédent pour sa ligne Eco Innovation lancée il y a trois saisons. Ses résilles caressantes « dream shape » en polyamide et polyester recyclés séduisent les marques de lingerie et de sport.

Pour l’été 2021, la mode se voit, se pense, se vit tout en éco-reponsabilité. Les nouveaux fils organiques diaprés de pigments naturels s’imposent (Lurdes Sampaio). Les encres botaniques se répandent dans les collections et sur les carnets de commandes. Ici, c’est une couleur obtenue à base de jus de kaki (Morishita). Là, une autre à base de safran (Olmetex). Les « dry dying » (teintures à sec) sont plébiscitées. Tout comme les apprêts naturels.

Cette durabilité marche de pair avec la matérialité. Les eco-laines (zdhc, oeko-tex 100, Gots) s’imposent cette saison. Elles revisitent le tailoring dans une veine urbaine. Et sont appréciées lavables en machine, infroissables, bi-stretch par le tissage et le finissage (Marzotto, Colombo, Luigi Ricceri, Landini). «Cette étoffe noble et confortable répond à l’orientation raffinée suivie par les secteurs streetwear et workwear ces temps-ci», remarque Marta Maniero, la responsable marketing de la société Marzotto. Dans cet esprit, la nouvelle gamme B-Dynamic remporte un vif succès. Tout comme la ligne Ink dont la laine naturelle imite un tissage de coton sergé. Ces lignes engagées progressent  de 20% chaque saison. Chez Tessilbiella, qui fournit les grands du luxe, « le travel suiting », qui se veut chic et pratique, « croit de 30% cette saison avec des laines de plus en plus légères et naturellement stretch », observe Paola Fileppo.

Technicité et légèreté l’emportent également dans le secteur Sport &Tech. « Les acheteurs misent sur des poids plume mâtinés de propriétés intelligentes », confirme Lorenzo Fruet, chez Lamintess. Parmi les articles les plus typés: des voiles de nylon respirants et déperlants n’affichant que 45 grammes par mètre carré. Même constat chez Impresa Tessile pour ses tissus ultra light aux aspects légèrement froissés ou chez le Coréen Taipyung Textile qui pare ses toiles aériennes d’impressions reptiliennes. Praticité et responsabilité rime aussi avec désirabilité.

Découvrez la liste complète des exposants de Première Vision Fabrics

Retrouvez les produits des tisseurs de Première Vision Fabrics dans notre marketplace et sourcez toute l’année

 

Fév. 20 / FABRICS