GLOBAL EVENTS FOR FASHION PROFESSIONALS​

GLOBAL EVENTS FOR FASHION PROFESSIONALS​

Denim World Tour Épisode #3 : Le denim américain

Le blue-jean est un symbole profondément ancré dans l’histoire des États-Unis : ce vêtement emblématique exprime l’identité culturelle, l’évolution et le changement dans une société en pleine effervescence. Peut-être davantage que dans tout autre pays, le denim représente pour les États-Unis un véritable symbole de changement culturel et social, qui continue de s’exprimer dans le tissu social d’aujourd’hui.

L’histoire du denim américain est divisée ici en trois thèmes fondamentaux : la création du blue-jean, son évolution jusqu’à aujourd’hui et son importance culturelle aux États-Unis.

À l’origine du jean

Le denim américain remonte aux années 1840, lorsque la toile de coton sergé était teinte en indigo, noir et gris. Avec la ruée vers l’or au milieu du 19e siècle, l’augmentation exponentielle du nombre de travailleurs dans les mines a créé un besoin de concevoir des vêtements en toile durable, facile à laver et respirante. Le denim était le tissu idéal : à l’époque, cette toile de coton solide et résistante était déjà portée par les travailleurs sur d’autres continents, où elle était appréciée pour ses qualités de robustesse.

La toute première paire de jeans est née en 1873, lorsque Levi Strauss, un immigrant allemand, arrive en Californie pour vendre du tissu destiné à la fabrication de rideaux et de couvertures de wagons. Il fabrique rapidement sa première paire de jeans en collaborant avec Jacob Davis. Ensemble, ils ont créé un pantalon très résistant pour les mineurs, avec des rivets permettant de renforcer les coutures.

Plus tard, des entreprises ont saisi l’opportunité de produire la fameuse toile bleue, parmi lesquelles Blue Bell (qui deviendra plus tard Wrangler) en 1904, et Lee Mercantile en 1911. Pendant la Première Guerre mondiale, les jeans Lee Union-Alls étaient la norme pour tous les conscrits.

L’augmentation du nombre d’usines textiles signifie que la production américaine de tissus devient rapidement indépendante de la fabrication textile anglaise. C’est à cette époque qu’est fondée l’une des entreprises les plus importantes de l’histoire américaine, Cone Mills. Fondée en 1891, Cone Denim est la plus ancienne entreprise américaine de denim encore en activité, produisant 100 millions de yards de denim par an. Les Levi’s 501 ont été le premier modèle fabriqué par Cone Mills denim en 1922. L’un de leurs tissus les plus connus est le « White Oak », qui est toujours tissé sur des métiers à navette américains d’époque, sur le plancher en bois d’origine de l’usine.

Le style est dans les détails

Les blue-jeans ont évolué au fil du temps, les changements étant fortement liés à l’usage et aux coutumes américaines.

Initialement vêtement de travail, le denim a été transformé pour mieux s’adapter aux conditions sur le terrain. Le modèle de jeans original comportait quatre poches, puis cinq. Des rivets en cuivre ont été cousus pour renforcer le matériau aux points de tension. Les passants de ceinture, quant à eux, sont apparus pour la première fois sur une paire de Levi’s 501 en 1922, en remplacement des boutons de bretelles, une caractéristique qui reflétait l’intérêt croissant pour le port de ceintures plutôt que de bretelles.

Au fil des ans, d’autres caractéristiques ont été modifiées, notamment l’élimination des rivets de la zone d’entrejambe pendant la Seconde Guerre mondiale, en raison du rationnement du métal, et la suppression de la sangle de fermeture à l’arrière de la ceinture qui permettait d’ajuster la taille.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les caractéristiques de résistance du denim en ont fait un substitut idéal aux autres tissus. Il a été utilisé pour une grande variété de vêtements, de l’habit de prisonnier aux uniformes de l’armée de l’air dans les années 1940. À cette époque, les soldats américains ont profondément influencé l’imagerie des blue jeans.

Les portraits et les images de soldats en permission vêtus de denim ont influencé les cultures d’autres pays d’Europe et du Japon, popularisant le jean dans un contexte décontracté.

Avec la reprise de la demande de denim dans les années d’après-guerre, les concurrents de Strauss, Wrangler et Lee, sont apparus pour exploiter le marché international. Dans les années 1950, le denim a commencé à faire son entrée dans le monde de la mode. Influencé par les films et les stars d’Hollywood, la musique et la culture populaire, le denim devient le symbole de l’Amérique de tous les jours.

Le film Rebel without a Cause est sorti en 1955 : l’icône hollywoodienne James Dean portant un jean avec un T-shirt blanc reste iconique jusqu’à aujourd’hui.

À partir de ce moment, le jean n’était plus seulement synonyme de liberté et de Far West, mais il était aussi devenu l’emblème du bad boy cool. Cette image rebelle de style non-conformiste et décontracté devient alors aussi populaire à l’étranger.

Les designers américains Calvin Klein et Gloria Vanderbilt ont été parmi les premiers à créer des jeans de marque, qui ont fait leur apparition sur le marché au milieu des années 1970. L’identité de leur design était forte à une époque où les innovations en termes de délavage étaient rares. Les jeans sont bruts, lavés ou stonewashed, et s’inspirent de motifs classiques. Leur succès a permis au denim de créateurs, jusque-là réservé à l’élite, d’entrer dans la culture de masse. Pantalons, vestes, chapeaux, chemises : des total-look pour donner aux silhouettes féminines une attitude rebelle.

Il s’en est suivi une succession de styles divers qui ont façonné la culture de l’époque, dont les répercussions se font encore sentir aujourd’hui. L’un des exemples les plus forts et les plus identifiables est le style hip-hop qui a défini les années 1990. En réponse à l’hyperconsommation et à la culture pop des années 80, les jeunes ont adopté le style des pantalons baggy. Des coupes plus lâches et des réinterprétations subversives ont ensuite été accentuées par la tendance grunge.

La popularisation du denim s’accompagne de son versant haut de gamme. Personnalisation, qualité, recherche : des marques premium comme Ralph Lauren et Tommy Hilfiger ont cherché à capter une attitude rebelle et ont conçu des lignes qui allaient devenir des références iconiques du denim américain.

Aujourd’hui, différentes marques se différencient par une offre multifacette, avec une gamme large et variée qui reste fortement liée à la culture streetwear.

Un symbole de l’idéalisme américain

Le denim, qui était à l’origine un vêtement pour les ouvriers, représente toujours la rébellion et l’iconoclasme dans l’imaginaire populaire. Son identité anticonformiste est devenue le symbole de la lutte pour la libération, l’égalité des droits, et le rejet d’une ancienne génération enracinée dans des idéaux qui ne correspondent plus aux temps modernes.

Au milieu des années 1950, le mouvement naissant des droits civiques a donné lieu à plus d’une décennie de sit-in et de marches de protestation. Les jeans étaient non seulement le vêtement de prédilection de certains militants, mais aussi un symbole de protestation.

Alors que la révolution sociale continue de dominer les années 1960, les rebelles vêtus de denim adoptent le jean pour signifier le changement d’époque.

Les jeans étaient un élément de base de la garde-robe des manifestants pendant la guerre du Viêt Nam ; ils remettaient en question les valeurs parentales et gouvernementales, redéfinissaient les rôles des sexes et représentaient la lutte pour le progrès social.

Les personnes qui portaient du denim ne voulaient pas participer à la mode dominante ; elles voulaient faire exactement le contraire en portant un vêtement qui symbolisait la protestation et sortait de l’ordinaire.

À une époque où il existait un grand fossé entre les vêtements de travail et les vêtements décontractés, des générations entières ont été inspirées pour créer leurs propres jeans, en les liant à des idéaux et à un symbolisme contre-culturel, comme dans les mouvements hippies des années 1970, les mouvements de jeunesse, ou la culture musicale, du rock and roll au hip-hop. Le jean est passé du statut de vêtement « de travail » à celui de vêtement décontracté de tous les jours.

Bien qu’aujourd’hui la production de denim ne soit pas centrée aux États-Unis, de nombreuses marques historiques continuent d’avoir une influence sur la scène américaine. Aujourd’hui, le denim reste un symbole de communauté à travers les cultures, et joue le rôle de protagoniste dans un contexte multiforme et complexe.

Article précédent La question éco – Microfibres : comment lutter contre l’invisible ? Article suivant Smart Creation, le podcast. Épisode 51