GLOBAL EVENTS FOR FASHION PROFESSIONALS​

GLOBAL EVENTS FOR FASHION PROFESSIONALS​

Décryptage denim PE 24 : Opulence exacerbée

Le salon Denim Première Vision ouvre ses portes les 23 et 24 novembre prochains à Milan. Découvrez nos différents décryptages dédiés aux tendances denim de la saison Printemps-été 24. 

La saison denim se caractérise par une identité particulièrement expressive. Entre irrévérence grunge et opulence baroque, les denimiers utilisent de multiples techniques innovantes pour aboutir à des délavages, des finissages et des jeux d’armure à fort impact visuel. 

Retrouvez un large choix de produits sélectionnés par notre experte Mode denim en vous connectant ici. 

Délavages expressifs

L’influence 90’s continue à se diffuser autour de produits extrêmement travaillés. Jeux d’usures et de surteintures hyper visuelles se cumulent sur les produits pour construire un imaginaire quasi dystopique. 

Dégradés contrastés

Les effets vieillis enrichissent la surface de denims à l’apparente solidité. Les surpiqûres des poches et des boutonnières semblent plus foncées. Et les délavages évoquent des tons poussiéreux, comme parsemés de terre rouge épaisse. Les produits misent sur l’authenticité grâce à des gammes d’indigo, de rouges, marrons ou encore des nuances buttery. Pour amplifier cet aspect vieilli, certains endroits du vêtement savamment sélectionnés sont pulvérisés par des sprays afin d’estomper la couleur initiale et de créer des zones plus usées. Les vêtements s’inspirent de la fonctionnalité du workwear. Pantalons cargos à larges poches soufflet et chemises aux détails rustiques jouent sur le contraste des poids et des matières.

Grayish shades

Les tons intemporels de bleus et de gris se rapprochent pour se ressembler jusqu’à pratiquement se confondre. Les noirs sont infusés de lumière et s’embellissent d’irrégularités, notamment près des coutures.

A noter également que les avancées technologiques permettent aujourd’hui de parvenir à des tons de gris plus écoresponsables, avec des délavages qui sont moins énergivores en eau et en électricité.

Pastels

Les pastels surteints remémorent les années 2000. Légèrement acidifiés, ces coloris s’associent à des formes loose et boxy. Shorts, bermudas et chemises amples prônent un confort optimisé pour des silhouettes un brin sporty et futuristes.

Mineral indigos

Cette saison, la couleur s’invite résolument dans les collections denim. En témoigne cette recherche de nouvelles nuances inspirées des minéraux bruts. Ce résultat est le fruit de différentes techniques qui parfois s’alternent sur le même produit. Bottoming, topping et surteintures permettent de varier les nuances d’indigo en passant du violet au verdâtre, relatant les transformations visuelles liées à l’oxydation par exemple. Ces couleurs estivales se retrouvent sur des blousons courts à la coupe authentique ou encore sur des jeans extra loose.

Fancy érosions

Fruits d’un travail très expressif, les effets destroyed et rapiécés sont mis à l’honneur. Entre esprit recup, et réparations volontairement apparentes, l’usure signe la patine du temps qui passe et qui sublime les imperfections des denims à la manière des toiles Boro ou de jacquard fantaisie. 

Micro-usures

Un premier axe met l’accent sur les effets usés. Ici aussi, recettes de chaque denimier, plusieurs techniques s’associent pour aboutir à un résultat extravagant. Laser, découpes, délavages et finissages relatent des rendus élimés, détendus ou encore tordus. Les fils fantaisie aux multiples couleurs utilisent différents points de couture pour rapiécer avec créativité les chemises.

Réparations

Ici, on rend hommage au temps qui passe et à l’histoire vécue du vêtement. Avec leurs effets usés, réparés, les tissus rustiques deviennent décoratifs. Parfois, des morceaux de tissus de récupe s’accumulent en couches et s’accompagnent de décors réalisés au laser pour créer des motifs divers.

Baroque

Ce besoin d’expression créatif s’exprime aussi par des influences baroques. On note l’importance des motifs au caractère dramatique qui s’accumulent sans fausse pudeur sur les vêtements. Différents décors et techniques sont utilisés en même temps sur les produits, quitte à en frôler le too much. 

Décors baroques

Motifs floraux figuratifs agrandis et lignes abstraites alambiquées se superposent et s’entrechoquent sur les produits pour des versions très travaillées. Bustiers surpiqués aux airs de corset ultra féminin et jeans carrot s’enrichissent de détails de laçages et affichent des tailles resserrées pour dessiner une silhouette aux courbes généreuses. Ils sont surmontés de flockage dispersés en all over et se portent en coordonnés : pour un total look hyper assumé !

Les effets de déchirures sont exagérés, avec des fils apparents et hirsutes. Les délavages sont volontiers foncés grâce à des esprits surteints. Pierres, strass et perles s’amoncèlent sur les accessoires divers – boutons et jacrons notamment – et ajoutent encore à cette impression dramatique.

Radiances contrastantes

La fantaisie est poussée à son paroxysme. Les imperfections et les irrégularités servent à embellir les surfaces des vêtements. Les contrastes sont joués à l’extrême avec des effets de surfaces, des couleurs intenses, rose et violet par exemple, qui se superposent en couches pour recouvrir le vêtement. Enfin, peintures en coating et en spray se conjuguent pour donner des effets de dorures intenses destinés à briller de mille feux.

Connectez-vous ici pour découvrir nos autres décryptages consacrés au denim ainsi que notre Trendtasting présenté par notre experte Denim. 

Article précédent XR intégré pour des processus de numérisation disruptifs Article suivant Décryptage denim PE 24 : écoresponsabilité