Wearable Lab : prototypage, production & logistique

A l’occasion de la prochaine édition du salon Première Vision, le Wearable Lab (un village de 900 m2 entièrement dédié à la Fashion Tech, Hall 6.) étoffe son offre, avec le lancement d’un nouvel un espace dédié aux startups de la mode, une exposition autour de l’univers et du processus créatifs de la créatrice Clara Daguin, ainsi qu’un cycle de conférences autour des innovations transformant l’industrie de la mode.

Prototypage & production : nouveaux matériaux, impression 3D, Internet des objets, robotique, big data, blockchain

Durant ces étapes clés du processus, l’utilisation d’innovations comme l’impression 3D ou la robotique peut permettre de gagner du temps mais aussi de réduire les coûts. La firme Sotfwear, par exemple, propose des solutions d’automatisation des chaînes de production, où des pièces basiques – comme des t-shirts – peuvent être produites sans intervention de la main de l’Homme. Autre exemple, avec la startup française star Euveka, lauréate du Prix Innovation de l’ANDAM l’an dernier, s’attaque à la problématique du sizing dans la confection, à travers un mannequin connecté qui offre une reproduction exacte de la morphologie souhaitée, avec système de mesures et détection du bien aller grâce à des capteurs. De quoi dépoussiérer les traditionnels mannequins de confection, et adapter facilement son outil de moulage aux changements de morphologie de clientes couture mais pas seulement : le mannequin est également utilisable dans le prêt-à-porter, où il permet de remettre à jour les tailles « standard ».

En outre, l’utilisation d’une technologie comme la blockchain (voir définition ici) pourrait permettre de donner une véritable transparence à la chaîne d’approvisionnement de la mode. Ainsi, une startup comme Verisum propose aux marques de luxe d’intégrer une puce NFC dans ses produits, pour mieux lutter contre la contrefaçon. Ainsi enregistrés dans la Blockchain, l’authenticité de ces produits est facilement vérifiable via une application mobile.

Autre exemple, celui de Provenance qui propose aux marques une plateforme pour raconter le parcours du vêtement, de la fibre au magasin. Elle a notamment collaboré avec la jeune créatrice Martine Jarlgaard sur des vêtements en laine Alpaga sourcée au Royaume Uni. De la fibre, issue de la ferme British Alpaca Fashion farm au tricotage dans l’atelier Knister LDN en passant par  l’usine de filage Two Rivers Mills, l’application Provenance permettait de suivre le parcours de ces vêtements jusqu’au studio londonien de la créatrice.

Enfin, Dienpi et son projet smart label permettent la traçabilité des produits sur une simple application iPhone.

Logistique : Internet des objets, robotique, intelligence artificielle, big data, blockchain et technologies immersives

pasted image 0
©LE LOGO AMAZON ROBOTICS.

La logistique est un des maillons de la chaîne les plus à même d’être transformés par les innovations : prenons l’exemple d’Amazon. La firme a investi des sommes colossales dans le développement de robotique autonome, en vue d’automatiser l’ensemble de ses entrepôts. Fondée en 2003, Amazon Robotics est la plus grande entité du groupe en termes de recherche et développement. Elle a été créée en vue de s’adapter à la demande e-commerce en constante évolution.

De plus en plus utilisés, les devices immersifs sont également en train de transformer la logistique. La firme Streye Logistic propose par exemple d’utiliser les Google Glass pour une meilleure gestion des entrepôts de stockage.

Curieux d’en découvrir plus sur le sujet ? Rendez-vous sur le village du Wearable Lab du salon Première Vision, du 13 au 15 février prochain à Villepinte. Nous serons d’ailleurs sur place à l’occasion d’un live Facebook durant lequel nous discuterons avec les startups exposantes de leurs dernières innovations et de leur vision du futur de la mode par l’innovation.