Rencontre avec Christoph Rumpf, Grand Prix du jury Première Vision du Festival de Hyères

Engagé depuis 8 ans aux côtés du célèbre festival de Hyères dédié aux jeunes créateurs de mode, Première Vision a pour objectif de soutenir la création textile tout en contribuant à la découverte de nouveaux talents qui feront les industries créatives de demain.

C’est dans ce cadre que le salon de septembre convie l’autrichien Christoph Rumpf, Grand Prix du jury Première Vision au 34ème Festival de Mode, de Photographie et d’Accessoires de Mode à Hyères.

Il a remporté ce prix grâce à sa collection homme créative et a son engagement responsable fort.

Il présentera ses créations à Première Vision Paris (Hall 5) pour une exposition exclusive où les silhouettes de sa collection gagnante seront exposées.

Venez à sa rencontre !

« Cette collection s’articule autour de l’histoire d’un petit garçon qui a grandi dans la jungle sans humains et qui s’est avéré être un prince longtemps perdu. De retour chez son peuple, il lutte pour assumer son rôle de souverain. Il s’agit de se retrouver soi-même et de la contradiction que les vêtements étaient autrefois destinés à protéger mais sont maintenant utilisés comme une forme d’expression de soi et de beauté. C’est l’histoire de différentes beautés et de la transformation d’une personne dans sa jeunesse.

Ces looks sont destinés à combler une fantaisie et à vous transformer en un personnage de votre choix. Tous les vêtements sont conçus pour vous donner différentes versions de puissance et de force.

A une époque où l’on s’interrogeait sur le mot luxe, il était important pour moi de lutter contre la surconsommation et de garder l’empreinte écologique de cette collection aussi faible que possible. Le luxe moderne signifie être socialement et écologiquement responsable.

C’est pourquoi les marchés aux puces de Vienne ont été la source de la plupart des textiles utilisés dans ma collection, donnant une nouvelle vie aux tapis, rideaux, costumes de danse orientale, écharpes et tissus de différentes époques et cultures. Conscient que chaque objet trouvé est un bien de luxe précieux, travaillé avec le plus grand soin, au lieu de gaspiller de précieux mètres de tissu.

Inspiré par les nationalités et les cultures du monde entier, des textures indiennes à l’opulence des monarques arabes jusqu’aux costumes espagnols du XVIIe siècle, en passant par les images de Pierre et Gilles et James Bidgood et l’opulence de l’architecture viennoise, mon travail est censé rassembler les cultures et créer autre chose et nouveau. »

Au-delà des vêtements, il s’agit aussi de mettre en avant les savoir-faire des exposants de Première Vision Paris qui ont apporté leur soutien à la jeune création en collaborant avec les finalistes du festival, et en leur fournissant matières et services pour de la réalisation de leurs collections.