« Le futur ? Une économie circulaire avec une durabilité sans fin des matières premières » Andreas Röhrich, directeur développement et innovation de la maison Wolford

La maison Wolford est très impliquée dans une production éco responsable. Quels sont vos différents engagements ?

Andreas Röhrich

L’éco responsabilité fait partie intégrante de notre Adn et nous avons, très tôt, introduit des critères de haut niveau, en termes de préservation de l’environnement. Nous travaillons à une qualité de production qui permet une vraie durabilité. Wolford, depuis toujours, prône une slowfashion et une consommation raisonnée. Notre motto ? Acheter peu, bien choisir, et faire durer. Nous nous inscrivons aussi dans la dynamique de la « Cradle to cradle certification ». Ce concept qui intègre une exigence écologique dont le principe est zéro pollution et 100% de réutilisation.

Nous avons pour cela revu l’ensemble de notre cycle de production et proposons, depuis septembre dernier, plusieurs produits répondant à ces critères (collants, pullovers…) et comptons élargir notre proposition dans les prochains mois pour présenter à nos consommatrices nos principales pièces iconiques sous ce label. En juin prochain, nous lancerons nos premiers produits fabriqués à base d’Econyl, issu de fils de pêche recyclés.  Très concernés par les questions climatiques, nous avons également adhéré à Klimaaktiv, une initiative du Ministère de l’Agriculture, des Forêts et de l’Environnement. Et nous sommes enfin très investis dans une réflexion autour de notre production sur place. Basé sur le lac de Constance, nous possédons notre propre centre de retraitement des eaux afin de n’avoir aucun impact négatif sur notre environnement.

Où sont fabriqués vos produits ?

La plupart sont réalisés dans notre maison-mère, à Bregenz. Nous réunissons dans un même bâtiment nos départements de design& développement et nos ateliers de production. Cela permet une grande communication entre les salariés mais également une vraie fluidité de production. Nous disposons aussi d’une unité en Slovénie, juste à côté de la frontière, qui travaille les finitions de nos pièces de lingerie et de prêt à porter.

Et d’où viennent vos matières premières ?

Nous collaborons avec des fournisseurs autrichiens, belges, mais également du monde entier. Tous sont choisis pour la qualité de leur production mais également  leur politique en matière d’éco responsabilité.

Etes-vous tournés vers les nouvelles technologies ? Lesquelles utilisez-vous particulièrement ?

Additional Look AW1920

Une soixantaine de personnes travaille au département développement et nous oeuvrons constamment à initier de nouvelles techniques. Notre dernier projet s’intéresse à la production de notre ligne C2C, 3W skin bra, réalisée à partir d’une seule pièce de tissu, ultra légère et sans fil ; avec une structure de soutien à base de tubes en silicone produite en impression 3D.

Comment organisez-vous le recyclage ?

Nos pièces certifiées Cradle to Cradle sont rapportées dans nos boutiques par nos clientes. Nous les plaçons dans une station industrielle de compost où elles se transforment en biogaz et en humus, pour un nouveau cycle de production. Nous nous apprêtons à lancer une nouvelle collection où les produits déposés seront dépolymérisés, les fils étant ensuite réutilisés avec les mêmes standards de qualité.

Ces questions autour de l’environnement constituent à l’évidence le futur de la mode. Quelles sont les prochaines étapes dans votre entreprise ?

Nous souhaitons produire la moitié de nos collections sous le label Cradle to Cradle d’ici 2025. C’est un long voyage et nous n’y sommes pas encore. Nous avons lancé nos premiers produits en septembre dernier et allons nous développer, saison après saison. Notre désir n’est pas d’inventer une nouvelle ligne complète C2C mais de remplacer peu à peu les existantes. Notre sentiment est que le futur tient dans une économie circulaire qui permettrait une durabilité sans fin des matières premières. Et nous y travaillons sans relâche !