Dossier spécial : Éco-responsable plus que jamais

La mutation éco-responsable est inéluctable et transforme tous les champs de l’économie, à commencer par celui de la mode. Dans ce contexte, le cycle de réflexion lancé par Première Vision a permis de dresser un panorama des multiples avancées mais également de partager les expériences des acteurs clé de la filière.

De Gel Egger, Material Research & Development Coordinator de Salvatore Ferragamo à Amélie Pichard, créatrice de la marque éponyme ; d’Isabelle Lefort co-fondatrice de Paris Good Fashion à Marie Demaegdt qui promeut la production européenne du lin, quatre points de vue qui sont autant de pistes pour demain…

 

Pas de futur sans éco-responsabilité

Petit Bateau multiplie ses tutos écolos pour apprendre à prolonger la vie des vêtements de la Maison. UNIQLO lance RE.UNIQLO, initiative qui permet de collecter les vêtements de la marque pour leur donner une nouvelle vie et mettra sur le marché, le 9 novembre prochain, sa première doudoune recyclée fruit de cette opération lancée au Japon l’année passée… Cette rentrée, plus que jamais, les signes convergent et se multiplient. Pas une journée sans qu’une Maison indépendante ou un grand groupe de luxe ne revendique de nouvelles avancées en termes d’éco-responsabilité. On connait les pionniers qui oeuvraient depuis des années ; désormais, c’est toute la filière qui est alignée, avec des prises de parole qui valent engagement. Il y a tout juste un an, François-Henri Pinault, PDG du groupe Kering, annonçait le lancement d’une grande opération visant à limiter l’impact du secteur sur le climat, la biodiversité et les océans avec, pour signataires, son propre groupe mais également Chanel, Burberry, Prada, Hermès, Armani ou encore Zara ou adidas.

Quelques semaines plus tard, LVMH lançait
le programme Life pour mettre en lumière les avancées de son groupe en matière de RSE et présenter ses propres défis, autour des matières premières et du bien-être animal. En mai dernier, quelque 40 acteurs du secteur signaient une « lettre ouverte à l’industrie de la mode » pour mettre à plat le système des collections, leur saisonnalité mais aussi leur nombre.

Une révolution est indiscutablement en marche, amplifiée par la pandémie qui a montré la nécessité d’aller plus vite encore, face à des consommateurs de plus en plus exigeants.
Le secteur tout entier est désormais à l’oeuvre, épaulé par l’amont de la mode dont on ne peut que saluer l’extraordinaire rapidité à innover pour offrir aux créateurs des matières premières aussi vertueuses que créatives. Reste que nous ne sommes qu’au début d’un changement d’ère (ou à la fin du commencement !) et l’avenir est loin d’être totalement tracé. Comme le rappelaient Pascal Morand, président exécutif de la Fédération Française de la Haute Couture
et de la Mode et Philippe Pasquet, président
du directoire du groupe Première Vision,
lors d’un grand entretien accordé à notre
magazine, beaucoup de questions doivent
encore être résolues. Comment sensibiliser
une jeune génération de chinois qui, pour le
moment, entend bien consommer à hauteur
de ses aînés ? Et comment des pays, comme
le Bangladesh, dont l’économie toute entière
dépend largement de la filière, vivront cette
mutation sans mettre à la rue des milliers de
travailleurs pauvres ? Autant d’interrogations cruciales pour une révolution qui se veut mondiale, écologique et humaniste, à la fois.
Des interrogations cruciales auxquelles quatre acteurs emblématiques du secteur tentent de répondre en partageant leur expérience. LB.

1/4 : Découvrez le témoignage de Gel Egger, Material Research & Development Coordinator de Salvatore Ferragamo ici

2/4 : Découvrez le témoignage d’Amélie Pichard, créatrice de la marque éponyme ici

3/4 : Découvrez le témoignage d’Isabelle Lefort co-fondatrice de Paris Good Fashion ici

4/4 : Découvrez le témoignage de Marie Demaegdt ici

Et téléchargez le Journal Cloud of Fashion complet ici : 70 pages d’analyses et de stratégies à 360° pour répondre aux nouveaux enjeux de la mode.