“Comment imaginer la mode du futur ?”

Comment imaginer la mode du futur ? C’est pour apporter une réponse à cette question qu’Arendt van Deyk et Nadine-Isabelle Baier ont créé, en 2015, la marque Aeance qui allie esthétique, high-tech et éco-responsabilité.

Dans quelle démarche vous inscrivez-vous avec Aeance ?
Nous travaillons à imaginer la mode de demain, en associant des matières techniques à une exigence esthétique. Nous avons construit une chaine de fabrication basée sur l’éco-responsabilité avec un motto : “moins, mais mieux”. Une idée de slow consommation, de pièces de luxe intemporelles. Nous produisons nos vêtements au Portugal où nous avons trouvé des partenaires qui associent la technologie à l’artisanat et respectent les critères de parité comme de renouvellement des énergies. Produire en Europe permet aussi de réduire notre empreinte carbone.

Quelle est l’origine de vos matières premières et comment les sourcez-vous ?
Elles viennent de Suisse, d’Allemagne, d’Italie, du Japon et de Nouvelle-Zélande. Elles sont produites pour répondre aux certifications les plus exigeantes : Bluesign®, OEKO-TEX®, Global Recycle Standard et ZQ Merino. Nous sommes très concernés par la sélection de nos partenaires et Première Vision Paris constitue, à nos yeux, une plateforme formidable pour repérer les innovations et rencontrer nos fournisseurs actuels et de nouveaux partenaires.

Aeance_Portrait_8_2018_453c

AEANCE_03_high_res-1

©Aeance

Quelles technologies utilisez-vous ?
Nos collections sont produites avec les technologies les plus récentes. Coupes au laser, matières biodégradables, membranes bioniques… Notre Collection 03 est la plus aboutie en matière d’éco-responsabilité. 96% des textiles sont recyclés, purement naturels, biodégradables. Les blazers et les vestes sont produits avec une laine merinos de Nouvelle-Zélande, et un nylon stretch recyclé ultra léger japonais. Les manteaux sont fabriqués à partir d’une matière étanche et respirante, PFC et PTFE free, conçue à partir de bouteilles en plastique recyclé.

Vous signez des collaborations avec des designers pour chaque collection. Racontez-nous ces partenariats.
Nous avons travaillé avec les jeunes designers Hien Le et Steven Tai pour la première et la seconde, et collaboré avec le renommé designer industriel Konstantin Grcic pour la troisième. Il nous a apporté le point de vue différent d’une autre industrie, et en même temps il partage nos valeurs en termes de fabrication et de style et une grande passion pour les matières.

Comment, selon vous, développer le cercle vertueux qui transformera
l’univers de la mode ?
Nous sommes la première génération à ressentir concrètement les effets du changement climatique et la dernière à pouvoir agir. Heureusement, la prise de conscience générale est réelle et nous souhaitons participer à son développement. Nous incitons nos consommateurs à évaluer leur consommation (de quoi ai-je réellement besoin ?) et à intégrer dans leurs choix le critère de l’impact sur l’environnement. Nous sommes aussi très admiratifs des organisations qui militent concrètement pour le changement, telles que le Global Fashion Agenda, la Fédération de la Haute Couture et de la Mode, La fondation Bill & Melinda Gates. Et bien sûr, Première Vision Paris et sa plateforme Smart Creation !

Sur le salon de septembre retrouvez l’espace dédié à la création responsable Smart Creation (Hall 3) qui réunit :
Smart Materials & Services : une sélection d’acteurs engagés en matière de développement durable.
• Smart Library : un forum de produits éco-responsables et innovants.
• Smart Talks : des prises de parole autour des enjeux de la mode de demain.
• Smart Wardrobe : une exposition de produits finis de marques de mode.

Pour en savoir + sur Smart Creation =>