Quels sont les nouveaux business models qui soutiennent l’économie circulaire ?

Compte-rendu de l’un des Smart Talks, qui s’est tenu le 21 septembre dernier sur l’espace Smart Square Hall 3 :

Quels sont les nouveaux business models qui soutiennent l’économie circulaire ?

Intervenants :
Chiaretto Calo (Imprima SPA)
Piaa Lehtinen (Design District Helsinki)
Hannes Parth (Frumat)
Un Smart Talk modéré par Giusy Bettoni, Présidente de C.L.A.S.S et consultante pour Première Vision sur l’innovation et le développement durable pour les textiles, la mode et le design.
 
Selon Chiaretto Calo, il faut inscrire la notion de durabilité dans l’ADN de la marque et son modèle économique ou la consolider. Le challenge est de réussir à créer un produit en ayant une vision durable et en utilisant les  technologies disponibles. Il est impossible de changer ce qui existe déjà “On peut seulement améliorer l’existantmais on ne pourra pas le changer”. Il faut être visionnaire et repenser les produits pour contribuer au  développement de la mode circulaire. “Il ne faut pas seulement en parler, il faut faire et agir !”. Ainsi, Imprima SPA a fait évoluer son modèle économique en centrant ses objectifs sur le concept de durabilité : financière, industrielle, sociale et environnementale.
 
Hannes Parth, de l’entreprise Frumat, pense quant à lui, que le gros challenge de demain sera de réussir à industrialiser les process de durabilité au sein des entreprises. Cela passe notamment par la création de nouvelles matières pour réduire l’impact sur l’environnement. La clé de la réussite est selon lui, et une fois de plus, la collaboration des entreprises dans tous les secteurs. Grâce à l’industrialisation et à la commercialisation des matières premières, il a développé des produits Applepaper et Appleskin, fabriqués à partir de résidus de production de pommes et transformés grâce à une technologie brevetée. Sa société a privilégié la recherche et le développement avant d’engager une nouvelle étape, une fois le produit abouti : la communication.
 
Enfin, Piaa Lehtinen est présidente du conseil d’administration “Design District Helsinki”, chef du parrainage du “Design Museum” d’Helsinki et fondatrice du “Design Club Business Community. Piaa s’intéresse à la façon dont les nouveaux matériaux, les technologies et la durabilité façonnent les entreprises et influencent la mode et le design. La mode écologique et la durabilité sont des valeurs clés du Design District Helsinki. Nommée ville du design par l’UNESCO, Helsinki est très engagée dans l’économie circulaire. Elle a d’ailleurs pour objectif d’être la ville la plus fonctionnelle dans le monde d’ici 2020. “One Hel of an impact” n’est pas seulement un slogan mais une attitude. Le modèle économique du “Design District” d’Helsinki repose sur quatre actions majeures : respecter le vêtement enl’utilisant plus longtemps, cela passe notamment par la production de vêtements intemporels, trouver des solutions pour le recyclage, utiliser de nouvelles matières plus écologiques, comme le Ioncell dont la production durable n’utilise que 3% d’eau, et enfin utiliser la mode comme service, soit la création d’une économie collaborative autour du vêtement (échange, revente, prêt, …). Un bel exemple à dupliquer dans tous les pays d’Europe.