PV Awards: 10 ans de création

20092018-_ALG2071

 

Au fil des innovations, la mode bouge, se redessine, en perpétuel mouvement. Les dix éditions des PV Awards ont mis en avant des matières dont l’esprit se retrouve en écho dans la mode de ces dix dernières années. Ces créations technologiques, originales ou performantes, permettent au style de se réinventer et d’investir de nouveaux territoires. Des propositions en réponse aux demandes des créateurs ou aussi des découvertes qui devancent leurs souhaits. Technologie, mais aussi touches artisanales (la main complétant parfois l’ordinateur), des innovations spectaculaires de l’ordre du visible, mais le plus souvent peu visibles à l’œil nu tout en faisant bouger les choses notamment dans le domaine du toucher. Performance, durabilité, écoconscience,… quelques pistes autour desquelles la mode se redessine et vibrionne.

Écologie

Diminuer la pollution signe une préoccupation que partagent aussi désormais les créateurs. Cette notion d’éco-responsabilité se retrouve aussi avec la création du prix Fashion Smart récompensant la créativité d’un comportement éco-responsable. Optimisation de la matière et amélioration des conditions de production. Ces paramètres influent sur le choix des créateurs. Certains revendiquent une démarche dans ce sens. Stella Mac Cartney choisit des partenariats pour une fabrication moins polluante et l’utilisation d’une chimie « verte ». Bruno Pieters avec Honest By propose une société 100% transparente. Recyclage, diminution des quantités d’eau, transport…, l’envers du décor joue désormais indirectement un rôle sur la scène de la mode. Affichage sous forme de logo : « Remade, Reduce, Recycle » pour Christopher Raeburn avec des modèles qui respectent ces principes. Succès du polysester recyclé à base de déchets plastiques et de fibres textiles déjà utilisées.

Sport

Depuis des années fusionnent la mode et le sport et la tendance joue les prolongations grâce aussi aux nouveaux perfectionnements. Fusion des codes, mélange de genres avec des avancées technologiques au rôle majeur. Des transferts de techniques entre les deux secteurs et une interpénétration des codes au niveau du style. Tissus anti-auréoles, thermorégulation, souplesse, légèreté… un florilège de technicité… Renaissance de Prada Sport (Linea Rossa) alliant fonctionnalité et sophistication. L’esprit des codes du sport se retrouve dans de nombreuses collections comme chez Balenciaga, Koché, A-Cold-Wall, Off-White… Du côté des marques de sport les collaborations avec des créateurs estompent encore les frontières comme avec les créations de Sacai pour Nike.

Hybridation

Fusion des matières qui permettent d’additionner les propriétés, souplesse et rigidité, légèreté et résistance… Lin et laine, cachemire et soie…  Mélange de styles de tissus comme avec le denim et le tayloring. Les matières jouent à plein l’hybridation aussi avec les tissus différents sur les deux faces. Sacai avec Nike imagine pull en maille et chemise de soie et intègre la dentelle ! En mode, de façon visible, des matières différentes sont jouées de concert pour créer un nouveau vêtement. Depuis plusieurs saisons Lutz privilégie avec éclat cette formule, du jean avec un crêpe, du coton avec une peau…Un nouveau métissage particulièrement réussi.

Toujours plus light

Course au poids zéro avec des tissus de plus en plus légers que ce soit pour les duvets, doudounes qui ont désormais droit de cité en mode avec notamment le succès de Moncler qui quitte les pistes de ski pour devenir fashionable avec ses collections capsules dont la dernière, spectaculaire, avec le Britannique Craig Green. En cuir, la légèreté se joue avec des épaisseurs de plus en plus fines et des peaux très souples. Les tissus imperméables jouent aussi la fille de l’air.

Confort

La notion de bien-être devient aussi un élément intéressant. Tissus qui absorbent la transpiration, tissus thermorégulateurs. La recherche continue dans différentes directions avec ce que l’on a appelé les tissus intelligents. Recherche pour de nouvelles propriétés : tissus anti-bactériens, anti-stress, minceur, thermorégulateurs, connectés, anti UV… Travail sur les couleurs, la lumière… souvent encore seulement une mode expérimentale ainsi chez Chalayan, Anrealage… De façon plus concrète avec la praticité de tissus déperlants, des anti-tâches… Le confort se traduit aussi de façon immédiate par toute cette douceur qui s’exprime au toucher des étoffes.

Seamless

Le sans couture. Vêtement à la carte pour éliminer les pertes dans les coupes. Le stretch en circulaire seconde peau a eu quelques essais en mode avec notamment lssey Miyake et A-Poc. Un autre Japonais, Yuima Nakazato, a conçu toute une collection sans couture. Certes des expériences, mais une voie pour aller vers plus de rapidité, un gain de temps et par voie de conséquence d’argent. À suivre.

Impression numérique   

Avec l’évolution des techniques notamment l’impression numérique, les quantités peuvent être plus petites, plus de souplesse pour les créateurs qui se permettent la conception de petites séries. Cette possibilité induit des choix de créations amplifiant l’audace. La 3D a droit de cité chez nombre de créateurs, la plus expérimentale et spectaculaire est la Hollandaise Iris Van Herpen qui dessine une forme de vêtement du futur.

Brillance
Effet vinyle dans les cuirs et les tissus pour une mode qui brille et qui replonge un peu dans les codes des années 60. Les matières sont de plus en plus souples et d’une brillance parfaite. À (re)découvrir chez Nina Ricci, Lanvin, Miu Miu, Isabelle Marant, Kenzo, Courrèges (une façon de renouer avec son passé).

Antigone Schilling.

En savoir + sur les PV Awards