La nouvelle géopolitique du manufacturing

En attendant la conférence dédiée qui aura lieu sur le salon, Gildas Minvielle, directeur de l’observatoire économique de l’Institut Français de la Mode nous donne les premières pistes des évolutions du sourcing mondial.

GilasMinvielle

Comment évolue le manufacturing ?
Le secteur connaît une évolution qui se caractérise par trois éléments essentiels. Avec 75% du sourcing européen, l’Asie conserve son hégémonie mais on assiste à une importante recomposition des marchés. Face à cela, le bassin méditerranéen résiste mais vit une importante redistribution en faveur du Maroc. En Europe, le Portugal profite d’une embellie et la France a plus que jamais, son rôle à jouer.

Commençons par l’Asie. Quelle forme prend la redistribution que vous observez ?
Nous assistons à un retrait relatif de la Chine au profit du Cambodge, du Vietnam ou du Bangladesh. Des pays plus compétitifs en terme de coûts salariaux et qui bénéficient de conditions d’accès aux marchés européens très privilégiées puisqu’ils ne paient pas de droit de douane. De manière générale, l’Asie reste compétitive pour des volumes de production importants et n’exigeant pas de délais trop courts.

Où produit-on de façon rapide et en petite quantité ?
Largement dans le bassin méditerranéen. Et désormais, de nombreux distributeurs ont compris qu’ils ont intérêt à produire de petites séries tout au long de la saison, ce qui leur permet d’ajuster leur fabrication à l’évolution à court terme des tendances et du marché. Pour cela, ils privilégient un sourcing de proximité ; en Tunisie, en Turquie et surtout au Maroc qui tire avantage de sa stabilité politique.

On parle également du Portugal…
Le pays s’est repositionné en offrant un excellent rapport qualité prix. Mais l’Europe connaît plus généralement un regain d’intérêt qui peut lui permettre de consolider ses positions. Je pense notamment à l’Italie -grand pays de tradition textile- qui demeure un haut-lieu de production, pour la maille notamment.

Et qu’en est-il de la France ?
Notre pays dispose d’une formidable image de marque à l’étranger où le « made in France » fait toujours rêver. Il faut tirer parti de cela par deux moyens. Tout d’abord développer nos savoir-faire, ce qui impose d’attirer les jeunes générations vers ces métiers. Ensuite, il importe d’éduquer les consommateurs en leur rappelant les valeurs du beau, de l’artisanat, de la durabilité ; mais également celles du respect de l’environnement et des conditions de travail.

> Pour en savoir plus sur les évolutions du sourcing mondial assistez aux conférence de l’Institut Français de la Mode les 13 et 15 février à 14h sur le salon. Pour en savoir + consultez l’agenda complet

> Découvrez l’offre complète de sourcing de fabrication à Première Vision Paris : un espace dédié à la confection à façon Euromed et Océan Indien (Hall 6), une zone consacrée à la maille rectiligne (Hall 6) et un espace à destination des spécialistes de la fabrication de la maroquinerie et de la chaussure (Hall 3).