La Métallisation du cuir

 

 

Très remarqué sur les stands des tanneurs lors de la dernière session, le cuir métallisé sera à coup sûr très présent dans les prochaines collections des créateurs.
D’ailleurs, les pelletiers ont eux aussi adopté cette fantaisie pour leurs fourrures avec les mêmes techniques que celles utilisées pour les cuirs, la nanotechnologie restant pour l’instant une exclusivité de la société Accessory Fur.

©Federico Albarello1  © Robotti Pelliccerie 1959 2
© Federico Albarello                                            ©Robotti Pelliccerie 

Deux méthodes permettent d’obtenir l’effet métallisé, à des coûts relativement similaires, selon les experts interrogés. Le transfert de film est la plus facile pour tous nos interlocuteurs. Il consiste à déposer à chaud sur la peau une fine couche métallisée initialement portée par une feuille. Ce qui n’empêche pas d’y ajouter ensuite une impression par plaque ou cylindre, comme pour l’article bovin or façon tressé de Conceria Papete  ou un lavage pour un effet craquelé. « Avec le laminage (ndlr : le transfert de film), le rendu est plus brillant mais la résistance à l’abrasion est moins bonne » indique un interlocuteur de la tannerie italienne Papete. Le laminage peut également se faire sur base velours, côté chair donc, comme le propose Conceria Arbor.

©conceria papete
© Conceria Papete

L’autre procédé s’apparente au finissage et consiste à enduire la peau par pulvérisation d’un apprêt métallisé. « La brillance obtenue par finissage est moindre mais la résistance au frottement est meilleure, continue notre le spécialiste. Pour la chaussure, on privilégiera donc cette méthode ». Là aussi, d’autres opérations peuvent suivre la métallisation, un cirage et un lustrage ultérieur, qui fait apparaître la dorure sous une patine noire. Une fantaisie parmi tant d’autres, où la sensualité du cuir contraste heureusement avec l’apparente froideur métallique.

PREMIERE VISION LEATHER HALL 3