La couleur active

Une saison formidablement particulière se prépare avec des ingrédients saisissants de nouveautés, où la couleur prend la parole avec agilité et emphase.

En média privilégié de l’expression créative et de l’impact visuel, la couleur porte la saison de l’automne hiver 21-22 vers de nouvelles interprétations et traductions coloristiques.
Elle s’ébranle en outil de séduction, elle anime les envies d’harmonies inédites et stimule des associations évolutives avec appétit.

Douce, vivante, en accord avec les mutations naturelles, la saison s’ouvre avec un manifeste claquant : elle bannit la morosité et le noir standard.
Elle va chercher la subtilité d’une couleur mouvante et unique, indissociablement liée au passage du temps et du mouvement, comme le « kaki moisi » N°17 de notre gamme.

Elle vient révéler avec audace et raffinement la beauté d’une usure, d’un accident, telles des finitions habiles : que ce soit en filigrane ou en aplats volontaires, ombrés et dégradés mouvants, abrasions et oxydations aléatoires en lainages, dentelles, broderies, soieries, et composants de l’accessoire, délavages et patines étudiées en draperies, métallisations érodées en cuir se placent à des endroits stratégiques pour des effets colorés captivants.

Appliquée en raclages partiels, positionnée avec précision sur un col ou une manche, la couleur versatile, interagit avec l’œil et trompe même parfois la main !
Les mal-unis sont célébrés grâce à la richesse des couleurs même discrètes. L’irrégularité des teintes naturelles prône le sensible, l’émotion du non-parfait, de l’aspect vécu, de l’instabilité pigmentaire, comme notre « écru cru » N°16 et les terres chaudes tel le « rouge oxyde » N°3.

Intrinsèquement liée à la matière, la couleur se révèle imparfaite et unique, elle joue avec les reliefs dans les jacquards et s’associe à des contrastes de textures.

Elle se transcrit en fils coupés et poilus dans des harmonies contrastées ou dégradées, en soierie, galons et passepoils. Elle laisse voir la naturalité des cuirs par des finissages finement colorés et non couvrants.

 

La lumière agit comme élément décisif dans cette saison : elle se travaille en épaisseur et en transparence, avec des filtres jouant les reflets presque imperceptibles et soulignant la rondeur des accessoires.

Elle donne à voir toute la vitalité et le vivant de la couleur, toute la richesse de son utilisation, toute la versatilité et unicité lorsqu’on la laisse s’exprimer et évoluer selon les éclairages et les perceptions.

Le mélange et l’addition de multiples techniques permet ainsi des visuels émouvants, innovants et parfaitement imparfaits dans leur non-uniformité colorée et tactile.

Dans cette saison d’ambivalence, les équilibres vont vaciller avec ces ingrédients mouvants et recettes singulières, pour définir les silhouettes de l’automne hiver 21-22 avec ravissement et surtout exalter la force du vivant, du mouvement, de l’évolutif avec un dynamisme flamboyant !