Économie circulaire : activateur d’innovation

Compte-rendu de l’un des Smart Talks, qui s’est tenu le 20 septembre dernier sur l’espace Smart Square Hall 3 :

Économie circulaire : activateur d’innovation, pour une nouvelle approche de la filière mode
 
SmartTalk2
 
Intervenants :
Craig Arend (Blogueur)
Orianne Chenain (Fashion Tech Lab)
Cyrill Gutsch (Parley for the Oceans)

 

Un Smart Talk modéré par Giusy Bettoni, Présidente de C.L.A.S.S et consultante pour Première Vision sur l’innovation et le développement durable pour les textiles, la mode et le design

 

Designer primé, Cyrill Gutsch est aussi développeur de marques et de produits. Il a exposé une nouvelle méthode dont il est le chef de file, la “Cross Intelligence”, qui apporte une culture de la collaboration. Selon lui, l’économie circulaire, pour atteindre de meilleurs objectifs et permettre de nouvelles opportunités, doit avant tout passer par la collaboration entre créateurs, penseurs, designers, et leaders d’opinion. D’où la fondation “Parley for the Oceans”. Cette organisation se veut comme un réseau de collaboration par différents acteurs, dont la mission première est de sensibiliser à la beauté et à la fragilité des océans, d’élaborer et de mettre en oeuvre des stratégies qui peuvent mettre fin à leur destruction. Selon Cyrill, derrière toute question environnementale, il y a un faux système économique et les responsables sont les dirigeants des industries créatives : “Nous devons en faire un système plus lucratif et protéger les océans plutôt que de les détruire.” Cyrill Gutsch. Cette transformation doit passer par : l’intelligence croisée, les  collaborations créatives et l’éco-innovation. Selon lui, nous avons 10 ans pour éviter le pire : la mort des océans. Cyrill a exprimé sa vision positive “Tous les problèmes sont opportunités”. À l’heure actuelle, nos océans sont envahis de déchets plastiques. À court terme, il faudrait arrêter l’utilisation de nouvelles matières plastiques et à long terme recréer le plastique et le recyclant. “Tous les seconds souffles que nous prenons proviennent de l’océan”. C’est de cette pensée qu’est née la solution “Parley AIR Strategy” dont les objectifs sont de réduire l’utilisation des matières plastiques, récupérer les déchets plastiques par différents moyens, inventer de nouvelles matières, créer de nouveaux produits et redéfinir alors leur utilisation, autrement dit la nouvelle “supply chain” de l’économie circulaire. La basket développée avec Adidas et certifiée “Ocean Plastic” en est le meilleur exemple.
 

Selon Craig Arend, il faut transformer les visions technologiques en réalité et en mode de vie. Il a été le premier influenceur digital à prendre en charge le compte Instagram de @nytimesfashion pour le mois de la mode. Son film de réalité virtuelle, dédié à la semaine de la mode, “Mirror to the Soul” a été primé. Selon lui, les firmes de Wall Street qui développent la VR et l’AR sont en passe de devenir des industries auto-durables. La VR fait que les gens se sentent comme s’ils étaient réellement présents dans l’environnement qu’ils observent. À travers plusieurs études de cas, Craig a prouvé que les gens achetaient davantage, grâce à la VR. Le mot clé de sa réflexion est l’IMMERSION : les consommateurs les plus immergés sont les consommateurs les plus engagés, et l’engagement crée des expériences grandement estimées par les “millénials”. C’est un fait, les consommateurs sont distraits par de multiples médias, appareils et autres réseaux sociaux. La réalité virtuelle crée une certaine mise au point, une forme de possession et enfin et surtout des expériences émotionnelles. La VR remplace l’observation passive par un engagement actif. Tout est, aujourd’hui, concentré dans un seul et même appareil : le téléphone portable. Pour qu’une marque réussisse aujourd’hui, elle doit adopter une véritable transition digitale et immerger sa communauté dans la

réalité virtuelle de son univers de marque.
Enfin, Orianne Chenain, directrice de la stratégie a présenté le mouvement : Fashion Tech Lab, fondée par Miroslova Duma. Il s’agit d’un mouvement disruptif et hybride, qui combine Mode et Technologie. Le Fashion Tech Lab est un laboratoire accélérateur et expérimental, qui commercialise des technologies et innovations durables pour transformer l’Industrie de la Mode, qui doit absolument évoluer et s’engager pour la planète : “L’Industrie de la Mode est le deuxième pollueur dans le monde”. Selon elle, les marques et entreprises doivent trouver les meilleures technologies durables, adaptées à leurs objectifs et investir, car c’est un pari sur l’avenir. Pour vendre un produit durable, les entreprises doivent non seulement choisir le bon moment, la bonne opportunité mais aussi la communication adéquate. Le challenge d’aujourd’hui et de réussir à mettre en relation les entreprises de mode durables avec les marques de luxe, pour multiplier les moyens et permettre davantage d’opportunités