Arrêt sur image avec Sebastian Errazuriz

Dans une société toujours pressée, nous pouvons recevoir l’image de cette chaussure, « Cry Baby » comme une invitation à prendre le temps d’observer, de contempler, d’écouter nos sensations. Silence. Lumière. Respiration.

L’artiste capte l’insaisissable, la légèreté. La pesanteur n’a plus cours. Place à l’envol, au rebond. A notre tour de nous délester de ce qui nous entrave, nous contraint, du poids des anciennes traditions. A nous de nous ouvrir à demain, légers, confiants, prêts pour de nouvelles expériences.

 

Né au Chili, l’artiste Sebastian Errazuriz vit et travaille à New-York. Il refuse de cloisonner l’art et le design et se pose dans un entre deux par rapport à ces pratiques. Il crée des sculptures fonctionnelles, c’est à dire des pièces qui malgré leur esthétique hors normes, se présentent comme des objets utilisables. Une manière de glisser des éléments fantastiques dans notre quotidien.

Sa série « 12 shoes for 12 lovers » s’inspire de ses anciennes amantes. Des traits de caractère empruntés à ces douze femmes, ou des moments particuliers vécus avec elles, donnent forme à des modèles d’escarpins extravagants imprimés en 3D. « Cry Baby » Alexandra, constitue l’une des pièces les plus déroutantes de la série. Il faut la voir portée pour vraiment réaliser qu’il s’agit bien d’une chaussure. Ce que l’on imagine comme un déversement abondant de larmes enveloppe le pied, et rejaillit en une giclée immaculée, convoquant l’imaginaire de l’innocence et de la perfection.

Sebastian-Errazuriz_crybaby-2.WEB

Ce blanc laqué, couleur de lait, ourlé de gouttes en pleine projection, nous donne à voir un arrêt sur image, un mouvement suspendu, un instant fugace figé pour l’éternité.

Perte de repères salutaire, ce blanc pur intouché, miraculeux, associé à la capture du mouvement, représente une opportunité et un enchantement. Opportunité de la page blanche, du nouveau départ, par lequel on s’arrête pour matérialiser sereinement de nouvelles idées. Enchantement qui sollicite nos sens, nous permet d’accéder au sublime, à l’émerveillement sans retenue de l’enfance.