Villa Kujoyama, le dialogue de la création et des savoir-faire

À l’occasion de la huitième édition de Maison d’Exceptions, la Villa Kujoyama et Première Vision rendent hommage à la virtuosité des savoir-faire japonais et exposent 5 projets de recherche en lien avec le textile, développés par des artistes et designers français entre 2015 et 2018 au cours de leur résidence à la Villa Kujoyama à Kyoto.

 

 

Violaine Blaise © New Wave Prod, 2019_1_BD

Violaine Blaise © New Wave Prod

 

Martine Rey © New Wave Prod, 2019_1_BD

Martine Rey © New Wave Prod

Un duo, Pauline Abascal & Kanako Kajihara, et quatre artistes indépendantes, Violaine Blaise, Martine Rey, Sandrine Rozier et Aurore Thibout, présentent le fruit de leurs recherches développées en collaboration avec des artisans, des industriels ou des maîtres d’art japonais. Qu’il s’agisse de design textile au sens large, d’une technique d’or fin disparue (Inkin), d’une nouvelle adaptation du laquage aux tissus ou encore de teintures naturelles : chacune de ces approches est appliquée à la recherche textile et met en scène le dialogue entre l’exigence esthétique et la virtuosité technique.

Sur l’archipel, l’artisanat est élevé au rang de culte : les maîtres d’art japonais sont vénérés à la manière de demi-dieux et considérés comme de véritables Trésors nationaux vivants par l’Etat japonais qui les encourage d’ailleurs à immortaliser leurs savoir-faire en les transmettant aux générations futures. Minutie, précision et esthétique minimalistes font la réputation mondiale de la culture japonaise, capable de transcender n’importe quelle matière – céramique, bois, métal, textile… – grâce à des procédés souvent vieux de plusieurs siècles et propres aux particularismes de chaque région, de chaque village. Le Japon regorge ainsi de multiples pratiques techniques que les mutations de notre époque poussent à la réinvention.

La Villa Kujoyama est un établissement du réseau de coopération culturelle du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Relevant de l’Institut français du Japon, elle bénéficie du soutien de la Fondation Bettencourt Schueller, qui en est le mécène principal, et de l’Institut français. Depuis sa construction en 1992, elle a accueilli en résidence plusieurs centaines d’artistes et de créateurs français, avec pour mission l’encouragement de la création à la faveur du rapprochement des cultures française et japonaise. En 2014, grâce au soutien de la Fondation Bettencourt Schueller, son programme de résidence s’étend aux duos franco-japonais et aux métiers d’art, accueillant depuis lors des démarches également tournées vers l’exploration technique.

Maison d’Exceptions célèbre par ailleurs chaque année le dialogue entre la technique et la création, appliqué aux domaines de la mode. L’espace organisé au sein du salon Première Vision Paris offre la possibilité à des ateliers atypiques, issus des quatre coins du monde et triés sur le volet pour leur virtuosité technique, d’être mis en interaction avec les studios des marques de luxe et les créateurs internationaux. Cette initiative unique en son genre encourage de fait des voies de fabrications alternatives et des modes de production éloignés des standards de l’industrie. Depuis le lancement de Maison d’Exceptions en 2011, les savoir-faire japonais ont toujours été largement représentés et pour la première fois, grâce à la Villa Kujoyama, l’espace accueille une exposition qui prolonge ce lien avec les savoir-faire nippons. Citons pour exemples Tamiya Raden, atelier qui excelle dans le tissage de textiles à base de nacre, et qui a justement collaboré avec l’artiste Aurore Thibout à l’occasion de sa résidence à la Villa Kujoyama en 2015 ; ou bien encore Okujun, virtuose de la filature et du tissage de la soie Yuki Tsumugi, technique remarquable inscrite à la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco. La pérennité des techniques traditionnelles dépend à la fois de leur capacité de réinvention au contact de la création contemporaine mais également de leur faculté à dialoguer dans un contexte multiculturel : ces deux points caractérisent le trait commun entre les projets de recherche des résidents de la Villa Kujoyama et le travail des ateliers présentés au sein de l’espace Maison d’Exceptions.

 

 

Aurore Thibout © New Wave Prod, 2019_1_BD

Aurore Thibout © New Wave Prod

 

Martine Rey © New Wave Prod, 2019_2_BD

Martine Rey © New Wave Prod

Aujourd’hui, la revalorisation des savoir-faire s’inscrit dans un courant largement partagé par les acteurs du monde de la création – marques ou institutions. Qu’il s’agisse d’investir dans le rachat d’ateliers afin de garantir leur pérennité comme le font en particulier les groupes Hermès, Chanel ou LVMH, ou bien de développer des programmes d’aide à la formation et à la transmission des savoir-faire en créant des écoles internes comme Valentino à Rome ou l’Ecole des arts joailliers soutenue par Van Cleef & Arpels à Paris, les formats de mécénat ne cessent de se multiplier.

De nombreuses fondations privées, comme la Fondation Bettencourt Schueller ou la Fondation Banque Populaire, accordent des prix et des aides aux maîtres d’art et créateurs ou concourent également à la mise en lumière des métiers d’exception au travers de l’organisation d’expositions qui contribuent au rayonnement de la variété et de la diversité des techniques de création, à l’image de la Fondation Michelangelo et de l’exposition Homo Faber qui s’est tenue à l’automne 2018 à Venise, ou encore du salon Révélations, organisé au Grand Palais à Paris par Ateliers d’art de France. Des initiatives de tous types sont à l’œuvre et promettent une renaissance et une longue vie aux savoir-faire d’exception.

 

 

Violaine Blaise © New Wave Prod, 2019_2_BD

Violaine Blaise © New Wave Prod

 

Aurore Thibout © New Wave Prod, 2019_2_BD

Aurore Thibout © New Wave Prod

Scénographie de l’espace Villa Kujoyama conçue par Mathilde VALLANTIN DULAC

PROGRAMME HORS LES MURS

Un programme Hors-Les-murs est conçu pendant l’exposition :

– Conférence de Sandrine Rozier à l’ENSAD à 18h le mardi 12 février en partenariat avec l’INHA et l’ENSAAMA
 
– Performance conçue par Aurore Thibout avec Violaine Lochu au Musée de la Chasse et de la Nature, le 13 février à 19h30.

CONFÉRENCE: VILLA KUJOYAMA, DIALOGUE D’EXPERTS – RETOUR DE RÉSIDENCE AU JAPON

Modérée par les commissaires Charlotte Fouchet-Ishii, directrice de la Villa Kujoyama, et Sumiko Oé-Gottini, experte-consultante auprès de la direction de la Villa Kujoyama, cette table ronde réunira 6 artistes qui présenteront leur travail et partageront leur retour de résidence.

Kanako Kajihara x Pauline Abascal (2018) : Présentation par le duo franco-japonais du processus de revalorisation des savoir-faire artisanaux.

Aurore Thibout (2015) : La créatrice de mode évoquera sa collaboration avec les artisans japonais qu’elle poursuit depuis sa résidence en 2015.

Violaine Blaise (2017) : Chercheuse et restauratrice du patrimoine spécialisée dans le textile, présentera son site internet dédié à la transmission de la technique ancestrale exceptionnelle des tissus Inkin (technique manuelle d’impression d’un motif à la feuille d’or sur le tissu). 

Marine Rey (2018) et Sandrine Rozier (2018) : Conversation entre deux résidentes, l’une spécialiste de la laque, l’autre de la teinture végétale. Elles reviendront sur leurs expériences et recherches respectives menées à la Villa Kujoyama.

Mercredi 13 février à 14h – Hall 3 – Espace Conférences

 

En savoir plus sur Maison d’Exceptions

Accès sur accréditation uniquement. Remplissez le formulaire ICI

MAISON D’EXCEPTIONS – HALL 3