Stéphanie Coudert, designer, au salon Maison d’Exceptions

« J’ai vraiment envie qu’une personne puisse être forte au quotidien dans sa garde-robe et donc qu’elle se sente moderne. C’est fondamental. L’innovation a lieu pour moi avec beaucoup de réflexion sur la nécessité de la pièce. Je suis toujours très lente pour aboutir à un volume. L’idée d’obsolescence programmée et de « poubellisation » du monde, j’en suis très consciente ; je n’ai pas envie que mon innovation et que mon plaisir personnel d’innover soit un problème par la suite. Même si elle est en polyester ou en néoprène ou autre, j’ai besoin que la pièce soit intemporelle, qu’elle apporte quelque chose de tellement spéciale qu’on va être content d’avoir une pièce qui dure quelques saisons.

J’ai des clientes qui ont des besoins en matière de mouvements : elles passent la journée dans un vêtement dans lequel elles doivent se sentir bien face à leur environnement. Je suis très attentive aux conditions dans lesquelles le vêtement est porté. On a de longues discussions au studio sur l’utilisation des matières très modernes pour que cela serve d’avantage au volume, qu’il y ait une cohérence, une justesse. C’est vrai qu’en ce moment, faire conjuguer les deux, c’est notre obsession. »