Stella Cadente, designer, au salon Maison d'Exceptions 1/2


(sous-titres anglais disponibles)
« J’adore cet endroit, on ne le rate jamais avec mon associé, car c’est exactement ce pourquoi j’ai fait ce métier. Autrement dit, la confluence entre l’art, l’artisanat, le bel ouvrage, la culture générale que chacun d’entre nous peut avoir, qui est insufflée dans les doigts, et qui à la fin devient un produit qui n’est pas une oeuvre d’art, mais qui pourrait, et qui a aussi une fonction. Soit c’est un vêtement, soit c’est un objet, un rideau, n’importe quel objet rattaché à la vraie vie et qui n’est pas juste fait pour être regardé dans un musée.
Ce salon me touche beaucoup parce que je considère qu’en France on a énormément perdu ces dernières années. Personnellement – j’ai l’impression d’être une grand-mère en le disant – j’ai vu passer, partir, mourir beaucoup d’artisans de nos métiers. Certaines maisons les ont rachetés et aujourd’hui je trouve qu’on revoit de nouveau des jeunes, des gens qui sont, dans le bon sens du terme, des « psychopathes du détail », et c’est génial, cela fait vraiment plaisir. »