Patricio Sarmiento, designer, au salon Maison d’Exceptions

« Ma première réaction à une technique, un objet ou une matière, c’est d’aller le toucher. Si le toucher me convient, je m’approprie cette matière. Travaillant l’accessoire, j’imagine tout de suite ce que je peux faire avec ou avec quoi je peux le mélanger ou comment je peux le transformer.

Dans mes projets, l’artisanat est la base de la création. Le designer donne autant que l’artisan. Il faut être très généreux, ne pas avoir peur que l’artisan vole peut-être les idées des designers, il va peut-être s’inspirer, mais ce ne sera jamais pareil.

Dès qu’on maîtrise les savoir-faire ou la matière, ça nous donne la liberté de création. Sinon on serait limité. »