Marie-Hélène Massé-Bersani, Mobilier national, au salon Maison d'Exceptions 1/2

« Je suis Marie-Hélène Massé-Bersani, je travaille au Mobilier national. Je suis directrice des manufactures des Gobelins, de Beauvais, de la Savonnerie et des ateliers de dentelle d’Alençon et du Puy.

Nous pratiquons plusieurs techniques, dont la technique du point plat utilisée en tapisserie, aussi bien en tapisserie murale que pour des sacs. Comme ceux présentés en 2011 lors de la première édition de Maison d’Exceptions. Nous avions présenté des sacs à main réalisés en tapisserie point plat. Nous utilisons deux techniques, deux savoir-faire, le résultat est le même, mais c’est le processus qui est complètement différent : une technique de basse lice et une technique de haute lice.

Quand on dit tapisserie, on a tendance à s’imaginer que l’on fait du travail comme du temps de la Dame à la licorne. Or, la tapisserie, ce n’est pas seulement une technique, un savoir-faire qui remonte au 16ème siècle, même avant – au 17ème siècle, en ce qui concerne la France et les manufactures royales – c’est aussi une rencontre entre un artiste qui va écrire une partition et des liciers qui vont interpréter ce savoir-faire.

Aujourd’hui, comme du temps de Louis XIV, nous ne faisons que de l’art contemporain, c’est-à-dire que nous mettons une technique traditionnelle au service des artistes d’aujourd’hui. Sous Louis XIV, on faisait du Louis XIV ; au 21ème siècle, on fait du Mabille, du Alain Séchas, du Jacques Vieille, du Ghislaine Portalis, du Anne Deguelle, du Jean-Luc Parant. Les artistes tel qu’ils voient le monde aujourd’hui. »