Marie Demaegdt, Confédération européenne du lin et du chanvre (CELC), au salon Maison d'Exceptions

« Je m’appelle Marie Demaegdt. Je suis chef de projet à la Confédération européenne du lin et du chanvre (CELC) et je m’occupe d’innovation textile. Le lin est une fibre de civilisation qui a toujours été la. Elle date d’au moins 38 000 mille ans.

C’est aussi une fibre qui innove en permanence, y compris dans le textile, au travers de nouvelles techniques. Depuis quelques années, notamment avec le tricotage, la maille circulaire, le jersey, le piqué, les molletons. Egalement, de nouvelles techniques de tissage et d’ennoblissement.

Entre la France, la Belgique et la Hollande, on produit plus de 80 % de la fibre mondiale et environ 100 % de la fibre de lin de qualité. C’est aussi une fibre qui est travaillée en Europe et dont les designers s’emparent à nouveau, en redécouvrant ses vertus et en les réinterprétant avec des techniques plus modernes. Mais, tout cela garde une emprise très locale, un rayon de quelques kilomètres.

Le lin est une fibre qui met en jeu de nombreux savoir-faire, depuis l’agriculteur jusqu’au teilleur, filateur, tisseur, tricoteur et ennoblisseur. C’est une fibre qui a des caractéristiques très particulières et qui demandent de la connaître, de l’apprivoiser, des savoir-faire très particuliers.

Cette industrie européenne, cette filière européenne, qui travaille beaucoup en concertation, permet aussi de mutualiser la recherche et développement entre différents partenaires, différents acteurs de la filière, ce qui donne lieu à des innovations qui sont tout à fait inédites. »