L’Asie en mode durable

Quand la prise de conscience actuelle de la nécessité d’agir pour l’environnement atteint les mastodontes de l’économie textile en Asie, cela donne des initiatives diverses et variées, toutes contribuant à leur façon à faire un pas en direction du développement durable. Quelques exemples :
En Chine, Shandong Ruyi Group produit chaque année 10 millions de mètres de tissus laineux, plus de 50 000 tonnes de coton tissé ou tricoté, et officie également dans le filage du coton, l’impression ou encore la teinture. L’entreprise s’est engagée sur le chemin durable en intégrant à ses lainages du polyester recyclé, récupéré à partir de fibres inutilisées par des entreprises textiles japonaises.
Au Japon justement, le département textile du groupe Toray s’est mis au vert en recyclant ses propres fibres de nylon, pour une production de fil de haute qualité permettant à la fois de faire des économies d’énergie, de réduire l’émission de gaz à effet de serre, et de limiter la quantité de déchets industriels. Toray propose également une gamme de textiles sportswear en « coton de synthèse » émanant de bouteilles en plastique et autres matériaux recyclés.
A quelques encablures de là, à Taiwan, le pôle textile du groupe Ruentex multiplie les initiatives vertes : du tissage de polyester recyclé à l’utilisation de coton bio, en passant par des procédés d’impression respectueux de l’environnement.
Engagement de certaines régions ou municipalités chinoises sur le terrain du recyclage, attractivité croissante des produits « verts » sur le marché mondial, volonté de limiter l’asphyxie engendrée par la pollution dans l’industrie textile, garantie de prix de vente plus élevés… Autant de facteurs semblant annoncer que le durable en Asie a de beaux jours devant lui.
www.shandongruyi.com
www.toray.com
www.ruentex.com.tw