L’artisanat, nouvelle passion des millennials

On pensait le secteur bien loin de leurs préoccupations et pourtant. Les jeunes se redécouvrent une passion pour l’artisanat, parfaitement en phase avec leur quête de sens et d’authenticité. Alors que Première Vision Paris présente une trentaine d’artisans aux savoir-faire rares au sein de son espace Maison d’Exceptions, la romancière et journaliste Carmen Bramly décrypte les relations de sa génération avec l’artisanat d’art.

 

Writer Carmen Bramly Photographed in PARIS (Photo by Eric Fougere/VIP Images/Corbis via Getty Images)

 

Comment votre génération voit-elle l’artisanat d’art ?

Avec révérence je dirais. Ce sont des métiers que nous considérons comme nobles, à l’inverse de tous ces bullshit jobs, parce qu’ils ont du sens, qu’ils demandent un savoir-faire immense, du temps et de la passion. Ils exercent en fait une véritable fascination sur la jeune génération. Au cours des Think Tanks que nous avons organisés avec Twenty Magazine pour des marques de luxe, le panel était à l’unanimité conquis par les vidéos sur les métiers d’arts postées sur les réseaux sociaux. Hypnotisés par les détails des coutures, des matières…

Constitue-t-il un élément décisif dans un achat ?

Les jeunes bénéficient d’un pouvoir d’achat limité et ne peuvent encore s’offrir ce type de produit. En revanche, dès qu’ils en auront les moyens, il est évident qu’ils se tourneront vers l’artisanat. Et lorsque celui-ci est accessible, les jeunes savent reconnaître sa valeur. L’autre jour, un de mes amis est tombé sous le charme d’une bague, faite à la main, par un vieux cubain. La bague était vendue 10 euros, et mon ami, trouvant le prix trop bas par rapport au travail fourni, a insisté pour lui en donner 40. Je précise que l’ami en question est plus un enfant de la « lower middle class » qu’un jeune « CSP+++ », ce qui prouve à quel point la tendance est forte. L’artisanat d’art est valorisé au plus haut point par la jeunesse, parce qu’il recouvre toutes les valeurs auxquelles ils sont attachés.

Quelles valeurs porte-t-il ?

Pour les jeunes, l’artisanat est une nouvelle « way of life », une manière plus responsable de vivre et de consommer. On s’entoure d’objets qui ont du sens, qui ont une histoire. Par ailleurs, les métiers de l’artisanat sont de plus en plus représentés dans la pop culture. Dans de nombreuses séries et films, on trouve des personnages qui restaurent des meubles, fabriquent eux-mêmes leurs vêtements ou bijoux. Même dans New Girl, le personnage principal tricote. Tout cela s’inscrit dans une Youth Culture un peu hipster, basée à Brooklyn ou Los Angeles. Dans While We’re Young de Noah Baumbach, les jeunes écoutent des vinyles, ne portent que des vêtements vintage, font tout eux-mêmes, mélangent slow tech et high tech.

Votre génération achète et revend beaucoup de pièces de mode. Dans ce contexte, l’artisanat d’art est-il également vu comme un investissement ?

Je pense qu’en Europe, nous sommes trop attachés à ces produits pour les revendre comme de vulgaires baskets. On se sent responsable, comme s’ils nous avaient été confiés par leurs créateurs, les artisans. Ils ont un côté talisman également, comme si le travail manuel leur avait procuré une dimension mystique. En revanche, cette monétisation est davantage dans les moeurs, aux Etats-Unis ou en Asie.

Les marques ont, depuis toujours, construit une part de leur communication autour de  l’artisanat. Comment doivent-elles la faire évoluer pour toucher davantage votre génération ?

En communiquant toujours plus sur les réseaux sociaux à travers des vidéos aspirationnelles. Ce que les jeunes valorisent le plus, ce sont les processus créatifs. Ils ont envie de pénétrer au cœur des ateliers, de découvrir des portraits d’artisans d’art. Ils préfèrent voir un produit en train de se faire qu’un produit porté. On pourrait aussi imaginer la création d’évènements autour de l’artisanat précieux. Un atelier plumasserie à la Villette, avec un DJ set et un bar où l’on pourrait venir entre amis, avec ses petits frères et sœurs… La transmission et le mentoring sont des valeurs clés pour les jeunes. Ils ont un fonctionnement empirique et l’artisanat correspond totalement à cette façon de penser, de chercher la connaissance à travers l’expérience.  

 

Maison d’Exceptions sur le salon :

– L’espace dédié à la haute création rassemblera des artisans exceptionnels, des savoir-faire rares et des réalisations spectaculaires. Accès par accréditation uniquement.

Nouveau : L’exposition « Villa Kujoyama » qui présentera des échantillons des créations textiles développées par les résidents de la Villa Kujoyama au Japon. En collaboration avec le Musée Guimet et le Musée du Quai Branly. Accessible par tous.