La broderie de Lunéville

Apparue en Lorraine dans la ville de Lunéville vers 1810, la broderie éponyme avait alors pour but de reproduire certains types de dentelles sophistiquées, telles que celles de Bruges ou de Venise. Pour ce faire fut élaborée une technique combinant travail à l’aiguille et au crochet : le point de Lunéville était né.

Il devint très vite une activité majeure de la région, que les brodeuses de presque toutes les familles pratiquaient à domicile, avant un déclin de l’activité à la fin du 19ème siècle, relayé par une technique similaire de broderie perlée, permettant une remarquable diversité d’effets, qui connaîtra un grand succès au début du 20ème siècle. La broderie de Lunéville ornera au fil des années les pièces les plus raffinées, des sacs et robes perlées des Années Folles aux vêtements haute couture d’aujourd’hui, des collections de Christian Dior aux robes brodées d’Elie Saab ou encore de Dominique Sirop.

Véritable richesse patrimoniale, tant sur le plan local que national, la mémoire et l’actualité de la broderie de Lunéville sont entretenues au Conservatoire des Broderies de Lunéville, créé en 1998 dans ce cadre d’exception qu’est le château de Lunéville. Outre le centre de formation qui s’attache à perpétuer ce précieux savoir-faire local, on peut y admirer les fameuses broderies ainsi que des expositions annuelles à la gloire des métiers d’art, dont les dernières étaient consacrées au plissé haute couture et au métier de fleuriste plumassier.