Hiroyuki Murase, Suzusan, au salon Maison d'Exceptions

(Sous-titres français disponibles)

« Ma famille est l’héritière d’une technique traditionnelle japonaise dont l’origine remonte à plusieurs centaines d’années : le Shibori. Cette technique est habituellement utilisée pour teindre les kimonos. Il faut d’abord nouer ou coudre le tissu, puis le teindre et ensuite couper les coutures. Le tissu découvre alors une multitude de contrastes. Aujourd’hui, nous utilisons le Shibori sur de nouvelles matières. Auparavant, la technique était seulement utilisée sur du coton, désormais nous l’utilisons aussi sur du cachemire, de l’alpaga, même du polyester. Si le polyester est chauffé alors qu’il est encore noué, il conserve les formes.

Le Shibori est une technique traditionnelle. Nous utilisons donc uniquement d’anciens outils : nos mains, nos doigts et quelques aiguilles. L’application de cette technique à de nouvelles matières est quelque chose que nous avons développé. Je représente la cinquième génération. Mon père travaille souvent pour Issey Miyake, Yohji Yamamoto, Comme des Garçons. Ils ont replacé cette technique traditionnelle dans un contexte contemporain. »