Conny Groenewegen, designer de mode

Lauréate du Prix de la mode hollandaise en 2001 et décrite par la presse internationale comme « un nouvel oxygène pour l’industrie de la mode », Conny Groenewegen développe une collection de vêtements-sculptures en maille. Ses expérimentations sur la matière s’appuient à la fois sur l’artisanat traditionnel et sur les dernières innovations de la technologie numérique. La designer hollandaise a mis au point « soft tech », une technique innovante qui transforme le vêtement en une sculpture ductile mêlant avec fascination légèreté et rigidité. Excellence pure.
Conny Groenewegen
Comment définissez-vous le savoir-faire ?
Le savoir-faire, c’est la connaissance de la façon dont un produit doit être réalisé, de sa conception à sa concrétisation physique. La valeur ajoutée, je dirais, c’est la possibilité d’apprendre à comprendre l’intégralité et la réalité du processus de conception. Du fil au produit final, il y a une infinité d’étapes interconnectées. Je suis curieuse de connaître le système de fabrication qui se cache derrière chaque produit et désireuse d’avoir la capacité d’ajuster le processus à chaque étape. Cette façon de travailler requiert beaucoup d’essais et de recherches – échantillons de tricot, teintures, feutrage – afin d’obtenir tout le potentiel que peut offrir le processus de fabrication.
De cette façon, toutes les étapes du processus sont intégrées lors de la création d’un vêtement 3D : la taille, l’emplacement des coutures, la matière et la forme, tout est prédéterminé et se complète au sein d’un ensemble intégré. Contrairement au « coupé-cousu » où vous pouvez toujours détricoter et remailler une manche par exemple, mes créations, quant à elles, une fois confectionnées ne peuvent plus être démontées.
Quelle est l’importance de l’innovation dans votre travail ?
Le mot «innovation» pour moi a à voir avec le mot « jeu », et le jeu vient de la créativité. La particularité du jeu, c’est qu’il vous permet d’inventer votre propre ensemble de règles. Cela nécessite bien sûr toujours une certaine remise en question des règles et des modèles préexistants, et parfois, un nouveau résultat se présente et est considéré comme innovation.
Pour le dire autrement, l’innovation a peu à voir avec le rapport high-tech / low-tech, elle repose sur ​​l’utilisation de votre imagination et l’acceptation du jeu que je considère comme la partie la plus importante et génératrice de plaisir dans ma pratique du design.
Comment se déroule votre processus de travail ?
Je vais vous donner un exemple. Dans ma collection AW13/14 « Primary Explorers », j’ai conçu une robe à partir d’un tissu tricoté rectangulaire qui a été façonné par feutrage, sans une seule pince. Le rectangle a été transformé en un tube vertical à la main avec un fil de laine. Cette couture unique lissée disparait dans l’ensemble grâce au processus de feutrage, la forme de la robe est le résultat de la combinaison de différents points de tricot et de variétés de fils.
Le rectangle d’origine était 2,5 fois plus grand que le produit feutré final. Pour la partie de la jupe, un excédent de fil de laine a été utilisé pour créer le volume, soutenu par une petite crinoline. Une couche de mousseline de soie blanche est également feutrée sur le tricot, offrant un aspect brillant, légèrement froissé, à la jupe. A certains endroits, la couche supérieure se détache de la doublure, permettant la formation de légères bulles d’air.
Conny Groenewegen
www.connygroenewegen.nl