Aissa Dione, au salon Maison d'Exceptions 1/3

« Je m’appelle Aissa Dione et je suis d’origine franco-sénégalaise, mais mon activité est basée entièrement au Sénégal. Nous avons démarré une activité de tissage traditionnel, il y a maintenant 30 ans. Le sud du Sénégal conserve une technique très particulière où les tisserands tissent à deux en même temps, ce qui permet une plus grande complexité, par rapport à d’autres types de tissage.

Ce sont des tisserands issus de la communauté manjak, plutôt de Guinée-Bissau, située au sud du Sénégal. Ils viennent tous de cette poche particulière. J’ai eu beaucoup de chance en tant que peintre – j’étais peintre au départ – de rencontrer ces artisans. Nous avons pu développer le textile à partir de cette fusion qui était très intéressante.

Je développe un travail vraiment particulier dans ce périmètre, au sud du Sénégal, où on cultive le coton biologique. Ce coton est filé à la main dans les villages situés aux alentours. Les plantes sont également cultivées dans ce périmètre. Je propose donc une collection qui est spécifique à ce périmètre. Autrement, j’utilise des variétés de coton qui viennent du Sénégal ou d’autres horizons, comme l’Egypte, que je combine à du raphia de viscose ou à de la soie, éventuellement du lin. C’est ma gamme plus classique. »