Une saison passionnante et … dérangeante

Pascaline Wilhelm, Directrice Mode Première Vision.

S’alléger des redites stylistiques et du passéisme pour ouvrir les portes de nouveaux mondes, individuels et collaboratifs. Voilà le motto qui signe l’esprit du printemps été 2020. Un message radical et sans concession, mais aussi joyeux et généreux.

 KH_SCARECROWS-72dpi

 

Comment définissez-vous la tonalité de la prochaine saison ?

Cette saison sera engagée, à l’image de notre campagne : un personnage aux bras ouverts, comme un arbre ou une flèche tendus vers le ciel, vers demain. Cet engagement infuse tous les champs : l’éco-responsabilité, le renouvellement de l’esthétique, le besoin d’une consommation plus raisonnée et plus intelligente. Mais aussi la diversité et la fantaisie, en étendard de nonconformité, de non-classicisme et d’ouverture de pensée.

Fini le temps d’une mode lisse et consensuelle ?

Durant des décennies, la mode a tenté de lisser l’imperfection en imposant des standards de beauté très étroits et souvent excluants. Elle s’ouvre aujourd’hui à de nouvelles et nécessaires connivences avec les gens, et se rapproche de leur réalité et de leur diversité. Elle montre qu’elle n’a désormais aucune peur à sortir du cadre et assume de déborder, de déranger. On n’hésite pas à jouer avec le bizarre, des esthétiques discutables, des harmonies déconcertantes, des sujets borderline, des volumes hors champs, des corps particuliers.

Comment tout cela s’exprime concrètement ?

On peut extraire quatre grandes tendances. L’allégement des matières tout d’abord, qui privilégie la liberté de mouvement et le confort, et aussi – de façon très symbolique – qui exprime avec détermination que nous faisons fi du poids de l’histoire. La versatilité des matières qui permet de revenir au plus près du corps (normé ou non) mais aussi de sculpter la silhouette que l’on souhaite, idéalisée ou raisonnée. La perméabilité des inspirations qui témoigne d’une richesse d’échanges, de volonté de tolérance et de curiosité pour la culture des autres, avec des hybridations performantes et esthétiques. Enfin, on met en lumière de nouvelles couleurs, fortes et hors cadre, des harmonies où le rouge ouvre les pistes, et entraîne des jeux avec des vivacités étranges, lumineuses et grinçantes. La saison en finit clairement avec la timidité et l’esprit passe-muraille.

Tout cela signe une petite révolution ?

Nous ne sommes pas dans un moment de passage mais dans un vrai démarrage. Nous entrons dans une nouvelle ère, sur un terrain qui a été préparé depuis quelques années déjà et qui va s’exprimer pleinement demain. La mode remplit plus que jamais son rôle de vecteur, de transmission des messages forts de la société. Elle affirme avec force la tolérance et la drôlerie, jusqu’à la folie. Tout cela venant porter l’espoir d’un monde qui, loin de se rétrécir, gagne en richesse et en générosité.

 

> Pour plus de décryptage des tendances, profitez du salon de février pour découvrir les 12 forums mode, où sont sélectionnées et mises en scène les matières les plus inspirantes de la saison, nos films d’inspiration, séminaires mode, gamme de couleurs,… et tout au long de l’année dans la rubrique mode.