Le casualwear repousse les frontières

La mode casual élargit ses horizons à Manufacturing-Overseas. De nouveaux confectionneurs en provenance du Pérou, de Chine ou encore d’Inde enrichissent l’offre décontractée proposée cette saison au salon. Tous bénéficient d’une solide expérience des relations avec des donneurs d’ordre européens. Tous maîtrisent les codes de la mode urbaine confortable et authentique. Tous disposent des clefs pour résoudre l’équation qualité-réactivité imposée par le marché… Mais chacun d’entre eux possède une expertise et une créativité singulières.

La société Lives, installée à Lima, au Pérou, jongle avec les luxueuses fibres andines, réputées pour leur douceur et leur résistance. Elle tricote des mailles caressantes avec des cotons pima et tanguis, de l’alpaga, et autres mélanges en viscose, soie, modal, tencel ou encore polyester. « Pour l’été, nous élargissons notre gamme de vêtements responsables, conçus avec des matières organiques ou recyclées, qui font l’objet d’une demande croissante », remarque Samantha Collantes. La directrice commerciale travaille notamment avec la marque française Sezane, le label autrichien Helmut Lang ou encore les américaines Theory, Travis Mathew, Everlane et Vineyard Vines. La notoriété de Lives grandit vite, à l’image de son chiffre d’affaires. Arrêté à 11,3 millions USD en 2018, celui-ci a bondi de 25% par rapport à 2017.

Le fabricant chinois Zhejiang Huali Fashion mise, quant à lui, sur son savoir-faire en soierie. « Nous sommes fournisseur de tissus et façonnier spécialiste de la soie. Nous proposons des collections de robes, jupes, chemises, vestes, tops, pantalons », précise Qiu Johnson chargé de leur commercialisation. Aujourd’hui, 70% de la production s’envolent vers l’Europe. Zhejiang Huali Fashion confectionne notamment des pièces pour les enseignes Cos, & Other Stories et Arket du groupe suédois H&M. Elle produit également des modèles pour la marque italienne Sisley ou encore les griffes américaines Tommy Hilfiger ou Calvin Klein.

Son compatriote Ningbo Haishu Lizhi Apparel, situé dans la ville portuaire de Ningbo au bord de la mer de Chine orientale, enrichit pour sa part la mode casual d’un savoir-faire « vintage ». L’entreprise chinoise maîtrise les traitements et les lavages qui patinent les pièces, qu’elles soient en maille ou en chaîne et trame. « Ce petit supplément d’âme vieillie, seconde main, reste très apprécié des acteurs du marché », remarque Chen Feng, le directeur commercial. Il note par ailleurs un intérêt pour les mailles « duveteuses », « velourées » et toutes les matières « fluides et sensuelles » comme les fibres cupro, modal, tencel, soie. 

 

silk dress3

top16

Cet engouement pour la fluidité et les touchers exceptionnels est également souligné par Asu Clothing. L’entreprise indienne, basée à New Delhi, opère un retour à Manufacturing-Overseas avec une offre ultra féminine qui séduit une clientèle variée (Le Printemps, Monoprix, Harris Wilson, Armor Lux, Captain tortue, 64…). « Nous présentons à Paris une gamme élargie de robes taillées dans de nouveaux volumes et d’ondoyantes matières», précise Vijay Ahuja, le directeur commercial, pour qui l’été 2020 promet d’être « doux ».

Asu Clothing

Asu Clothing

Retrouvez la liste complète des exposants de Première Vision Manufacturing – Overseas ICI

PREMIERE VISION MANUFACTURING – OVERSEAS – HALL 6