Bilan salon Manufacturing – septembre 2018

Pour nombre de confectionneurs de la zone EuroMed, le climat des affaires est complexe et la saison a démarré un peu au ralenti. « Il a fait chaud et les pantalons longs ont été peu demandés », signale Wadjdi Saidane, en charge des collections du Tunisien Texpro, spécialisé dans la confection de jeans pour homme. « Le beau temps a des incidences sur l’activité, mais c’est surtout le pouvoir d’achat des consommateurs qui pêche et incite les marques à baisser toujours davantage leurs prix », juge de son côté Mouhcine Lemseffer, gérant de CM3 Shirts Limited dont les ateliers sont installés au Maroc. Et Margarida Oliveira en charge du marché britannique pour le Portugais Triwool de signaler que certaines usines de la zone EuroMed arrivent même à proposer des prix plus bas que la Chine. « Cela bouleverse la donne », regrette-t-elle.

A ce titre, la dévaluation de la monnaie turque est l’objet de toutes les attentions. Elle rend le pays plus compétitif, notamment pour tout ce qui concerne la production de pantalons et de chemises. « Mais pour combien de temps ? », s’interroge un professionnel marocain quand l’Association des exportateurs de la région égéenne de Turquie reconnaît que cette variation monétaire a pour l’heure un effet positif, mais risque de provoquer des incertitudes pour le futur.

PVM1 PVM2

Dans ce contexte, les spécialistes de la zone EuroMed continuent de se montrer les plus compétitifs possibles, proposant toujours davantage de services « full package » aux donneurs d’ordres. « On essaie de les séduire avec de la diversité, des prix compétitifs et des délais courts. Par exemple, il y a une grosse demande actuellement de vêtements bleu marine et rouge. Nous pouvons en fournir dès maintenant, « clefs en main », au contraire de l’Asie dont les délais de livraison sont trop longs pour garantir une telle réactivité », remarque Sophie Lesueur, dirigeante de Up Consultig, qui accompagne des façonniers de la zone EuroMed. « Nous devons être les meilleurs, accepter les commandes en petite quantité, livrer le mieux possible », appuie Eser Yaratan, responsable ventes et marketing de l’entreprise turque Seyfeli.

L’éco-responsabilité environnementale comme sociétale est également une option pour faire la différence. Ainsi Texpro vient de s’équiper d’une nouvelle unité de lavage pour ses denims certifiée Global Organic Textile (GOT). « Le secteur y est de plus en plus sensible… Les rejets de plastique dans les océans ont marqué tous les esprits », observe Wadjdi Saidane. De la même manière, pour les exposants français présents sur Manufacturing le « made in France » s’inscrit dans une démarche citoyenne sur laquelle il faut capitaliser. « Il y a une prise de conscience des consommateurs qui en s’habillant français participent d’une certaine façon à la sauvegarde des emplois nationaux. Notre croissance peut passer par là », juge Stéphane Marseille, à la tête de l’atelier de fabrication Mod Passion. Une façon de dire que la valeur ajoutée d’une entreprise peut aujourd’hui aussi reposer sur l’éthique et pas seulement sa grille tarifaire.

Voir la liste de tous les exposants Manufacturing.

PREMIERE VISION MANUFACTURING, Hall 6