Bilan Marché février 19 : Manufacturing Overseas

Avec une quarantaine d’exposants, les spécialistes du sourcing de l’Asie Pacifique inauguraient la nouvelle appellation de cette zone de Première Vision Paris désormais baptisée Manufacturing Overseas.

Côté offre, beaucoup de confectionneurs en provenance de Chine ont mis en avant la qualité de leurs services pour les marchés européen et nord américain, là où se trouvent leurs principaux donneurs d’ordre.

 

Manufacturing Overseas

Manufacturing Overseas4

La majorité de ces sous-traitants chinois travaillent déjà pour de grandes marques et selon des critères de qualités élevés. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils ont pu répondre aux exigences de sélection de Manufacturing Overseas (et de son audit par le bureau Veritas). « Nous avons notre propre équipe de création et nous pouvons répondre à des demandes spéciales, travailler des matières particulières comme par exemple des soies floquées ou des toiles délavées, ce qui est très recherché actuellement », illustre Grace Ip, la dirigeante de Prime Wind qui expose pour la première fois. C’est également pour conquérir de nouveaux clients haut de gamme que Jiaxing Qijia a rejoint depuis peu le salon. « Nous voulons travailler avec des partenaires premium. Nous avons pris beaucoup de contacts sur cette édition et espérons que cela aura des résultats », observe Robin Luo, l’un des représentants de ce confectionneur.

Si ces critères de qualité de production ont répondu aux exigences des visiteurs de Première Vision, c’est souvent sur les quantités que les affaires se sont conclues, ou non. « Nous disposons de trois usines de très haut niveau et avons des minimums de commande de 1 000 pièces. Cependant, on nous a plus souvent fait de offres pour des centaines de pièces », constate Jacky Zhu, responsable produits de l’entreprise chinoise Trimax International, présente pour la seconde fois. « On ne travaille pas en dessous de 600 pièces et nos clients réguliers nous passent des ordres de 10 000 à 50 000 pièces.

Cependant la tendance est à de plus petites quantités », observe aussi Caroline Qian, responsable commerciale pour Shanghai Eutropic. Chez le péruvien Lives, les quantités minimales démarrent à 800 pièces. « La majorité des demandes sont en dessous car ce sont souvent des jeunes labels qui se lancent. Nous sommes obligés de refuser mais nous leur donnons des informations. Cela peut être utile pour plus tard », indique Samantha Collants, la commerciale de Lives, un nouvel exposant qui travaille, en Europe, avec des griffes comme Sessun, Zadig et Voltaire ou encore Des Petits Hauts.

Chez l’indien Asu Clothing, on accepte des commandes à partir de 200 pièces. « C’est peu mais nous misons sur le fait que, demain, ces mêmes marques nous prendront le double », avance Samir Ahuja, le gérant de l’entreprise.

Consultez la liste complète des exposants de Première Vision Overseas =>