Nouveaux exposants Leather

La prochaine édition de Première Vision Leather en septembre s’annonce riche de belles découvertes. Onze nouveaux exposants rejoignent le salon pour le plus grand bonheur des designers de maroquinerie, chaussures et vêtements.

Mesi

Fondée en 1907, la tannerie Mesi se vante d’être une des plus anciennes d’Italie. De son glorieux passé, elle a conservé sa spécialisation dans le cuir ovin dont elle est une des rares au monde – et la seule en Europe – à maîtriser la refente. Doux, souple et hautement absorbant, la croute, côté chair, devient la fameuse peau de chamois particulièrement adaptée pour le lustrage des carrosseries de voitures sans risque de rayure. Le côté fleur, quant à lui, constitue un matériau résistant et sensuel, idéal pour les doublures de sacs, petite maroquinerie et chaussures.

Importées brutes de Nouvelle Zélande, ses peaux sont d’abord tannées dans son unité en Roumanie, puis retannées et finies dans ses installations dans la région turinoise. Totalement sans métal, ses articles ovins sont aussi écologiques que possible et d’une totale innocuité. Hypoallergéniques, ils sont conformes aux réglementations spécifiques des chaussures pour enfants, particulièrement strictes. Avec une capacité de production d’un million de peaux par an, la mégisserie Mesi peut satisfaire les maisons de luxe les plus exigeantes.

 

 

 

 

 

Conceria Pegaso

Emanation du groupe Alba, la tannerie italienne Pegaso a vu le jour en 1995 initialement pour approvisionner les fabricants de chaussures de loisirs en cuir bovin. Aujourd’hui, elle consacre encore 70% de sa production de cuir de veau au secteur de la chaussure mais fournit également les marques de maroquinerie à hauteur de 30%. Elle propose une large gamme d’articles en veau pleine fleur de tannage chrome à 90%, avec différents finissages – aniline ou plus couvrants – embossages, mais également en croute, dans une palette variée de couleurs.

Situé à Santa Croce depuis sa création en 1947, le groupe Alba a racheté en 2006 une unité en Ukraine pour produire, à partir de peaux d’Europe de l’Est, 50 % du wet blue qu’elle utilise, l’autre moitié étant achetée à divers partenaires en Europe et aux Etats Unis. Consciente des exigences environnementales des marques de luxe qu’elle entend satisfaire, elle possède plusieurs certifications (LWG, ISO) à même de les rassurer.

Atko planning

Question écologie, la société sud-coréenne Atko planning peut se targuer de faire figure de modèle ! Créée en 2014, elle récupère les déchets de wet blue de tanneries coréennes qu’elle broie en fines particules puis compacte, selon un procédé chimique, avec du caoutchouc naturel. Elle transforme alors le compound de cuir en feuilles ou en fils utilisables pour divers usages comme la maroquinerie, la chaussure mais aussi la ceinture et même les housses de sièges de voiture.

Le concept de base d’Atko planning est fondamentalement responsable. Surtout que les déchets proviennent de tanneries labellisées Leather Working Group et que le procédé de compactage est sans eau ni substances nocives. D’une qualité « similaire au cuir original », les articles, feuilles ou fils, présentent bien sûr les certifications ISO 9001, ISO 14001 et GRS (Global Recycle Standard).

 

 

 

 

 

Paiho

Depuis sa création en 1979, la société taïwanaise Paiho n’a cessé d’innover pour améliorer encore et encore son offre auprès de clients exigeants tels que Nike ou Adidas. Alors qu’elle ne démérite pas dans les produits qui font toujours sa réputation tels que les bandes élastiques, les fermetures auto agrippantes, les lacets, les sangles ou les boucles pour chaussures, elle propose aujourd’hui des produits moins familiers comme des matériaux déperlants pour tiges de chaussures, des couches d’isolation pour chaussures, vêtements ou gants, des tissus réfléchissants ou des tissus jacquards avec motif placé en fibre optique.

A la pointe de la technologie, elle n’en néglige pas pour autant l’éco-responsabilité, qu’elle place au cœur de sa stratégie marketing. Ainsi privilégie-t-elle l’utilisation de polyester recyclé depuis 2008, les teintures sans métaux lourds et développe-t-elle de nouvelles fibres à la fois haute-performance et écologiques, comme une fibre fabriquée à partir de bambou carbonisé à 800°C. Si elle a jusqu’à présent concentré son développement sur l’Asie (Chine et Asie du Sud Est), elle veut aujourd’hui s’ouvrir à d’autres marchés.

Chun Wang Brothers

Située à proximité de Bangkok, la tannerie thaïlandaise Chun Wang se présente comme un partenaire idéal pour fournir les fabricants dans toute l’Asie en cuir de qualité comparable au cuir européen, à des prix très compétitifs. Forte de près de quatre-vingts ans d’expérience, fiable, dotée des meilleurs équipements et innovante, elle peut satisfaire les besoins des clients les plus exigeants dans les secteurs de la maroquinerie, la chaussure ou l’ameublement.

A partir de peaux brutes bovines importées de France, d’Espagne, d’Italie, du Royaume Uni ou de Belgique, tannées chrome, végétal ou semi-végétal, elle produit une offre très diversifiée allant de cuirs pure aniline, pleine fleur, velours, nubuck, box ou embossés à des articles effet pull up, waterproof, déperlants ou croutes. En cours de certification ISO 9001 et Leather Working Group, elle compte aussi à son catalogue plusieurs références sans métal.

 

 

 

Uniseatex

Après seulement dix ans d’existence, cette entreprise chinoise d’une bonne trentaine de salariés, basée à Dongguan, a constitué un catalogue de références très varié. Ce qui lui permet de servir divers secteurs comme l’ameublement, la chaussure (70 % de sa clientèle), l’habillement ou la maroquinerie. Spécialiste du tissage et du tressage, elle propose des produits originaux et performants dans des fibres synthétiques mais aussi des fibres naturelles inhabituelles telles que le raphia, le liège et même le cuir qu’elle peut mêler à d’autres matières. Elle promeut aussi son sens du service, en particulier pour créer de tissages inédits et sur mesure, à même de singulariser des collections.

Fini Leather

Depuis 2001, la tannerie brésilienne Fini Leather s’efforce de créer des collections séduisantes pour des clients des secteurs de la chaussure et de la maroquinerie, cherchant à concilier qualité, créativité et compétitivité. Implantée dans la région historique des tanneurs, au sud du pays, elle produit du cuir bovin tanné au chrome dans toutes sortes de finitions : grain naturel, grain mécanique, laminée et pigmentée. « Nous sommes particulièrement fiers de nos aspects métalliques et perlés » déclare son porte-parole. A la prochaine édition de Première Vision Leather, en septembre, elle présentera ses impressions digitales python, ses embossages python et croco et quelques cuirs décorés spécialement développés pour l’occasion.

Afin d’assurer une régularité des teintes dans ses différentes références, elle possède sa propre gamme de couleurs. Consciente de l’importance du facteur environnemental dans l’industrie et dans la mode en particulier, elle réalise sa production de 70 000 m² mensuelle dans les conditions les plus écologiques possibles, avec sa propre station de traitement d’épuration, permettant un recyclage intégral des eaux usées, des process responsables et des peaux brutes sourcées auprès de partenaires fiables.  

 

 

 

 

Henan Prosper

Fondée en 1995 à Mengzhou dans la province chinoise du Henan, Henan Prosper est devenue en à peine vingt-quatre ans le plus gros producteur de mouton double face au monde. Sur une superficie de plus de 1600 m², avec la collaboration de 10 000 employés, l’entreprise produit 32 millions de peaux par an. « Même en saison forte, notre capacité de production reste identique et nous sommes toujours en mesure de répondre aux demandes de nos clients » vante son porte-parole. De tannage mixte, les peaux, importées brutes d’Australie, sont destinées à 60 % à la chaussure et 40 % au vêtement. Grâce à un département recherche et développement étoffé, elle se fait fort d’exhausser les projets de ses clients les plus ambitieux. Malgré sa taille, Henan Prosper s’astreint à produire de façon durable, grâce à des installations de traitement des eaux à la mesure de son gigantisme et à l’utilisation de bio gaz en remplacement du charbon pour minimiser ses émissions de dioxyde de carbone. Elle a d’ailleurs reçu l’agrément « or » du Leather Working Group.

Curtidos Castaner

Cette petite tannerie, créée en 1926 à Barcelone et transplantée en 2000 à Igualada, en est à sa quatrième génération de spécialistes. Forts de leur généalogie et de leur expérience, ceux-ci revendiquent la production, à partir de wet blue scrupuleusement acheté à des partenaires européens fiables, de cuir bovin de qualité, allant du veau de type box au nubuck, en passant par le flanc de bovin, des cuirs finis, embossés ou foulonnés souples.

En constante recherche d’amélioration de ses articles, l’équipe de Curtidos Castaner a fait de sa modeste taille une force pour répondre avec un maximum de réactivité aux demandes ou aux suggestions de ses clients.

 

 

 

T L San Martin

T L San Martin a profité de son installation dans de nouveaux locaux en 2018 pour moderniser encore son appareil de production avec les dernières technologies. Elle peut ainsi proposer une large variété de cuirs plutôt fantaisie allant des articles laminés aux cuirs perforés en passant par de nombreux finissages et embossages et même des couplages sur textile. Avec une capacité mensuelle d’environ 70 000 pieds carrés, elle sert activement le secteur de la chaussure (80 %) dans son pays, l’Espagne, mais exporte tout de même 40 % de sa production vers le Portugal et la France. Avec 20 % de sa clientèle, le secteur de la maroquinerie est son second marché.

Travaillant principalement des peaux de vache et de chèvre tannées au chrome, elle possède aussi plusieurs articles sans chrome, lui permettant de répondre à la demande de cuirs plus écologiques. En parfaite conformité avec les normes Reach, elle a également procédé à différentes améliorations pour diminuer sa consommation d’électricité, d’eau et de gaz, minimiser l’utilisation de produits chimiques et réduire ses émissions de CO² dans l’atmosphère.

Shinsung

Depuis 1997, Shinsung met son savoir-faire de tisseur au service des marques d’accessoires et de sacs en particulier (80 % de sa clientèle). Sa maîtrise du jacquard est particulièrement adaptée à la production de toiles monogrammées avec des logos élaborés. Elle est également experte dans l’impression sur matières naturelles ou synthétiques. A côté de ses propres références disponibles sur stock, elle propose donc un service de customisation permettant aux marques de personnaliser leurs collections.

Très à cheval sur la qualité de ses produits, elle a mis en place un système interne de contrôle des plus rigoureux. A l’écoute de ses clients, elle a aussi adopté les bonnes pratiques pour produire des tissus éco-responsables, dans des conditions optimales pour réduire son impact environnemental. Les agréments d’institutions reconnues – BCI (Better Cotton initiative), Repreve, GRS (Global Recycle Standard etc. – attestent de son engagement écologique.

 

 

Découvrir la liste complète des sociétés exposantes à Première Vision Leather en septembre prochain =>

En attendant, faites votre sourcing de cuirs sur la Marketplace Première Vision