Bilan marché février 19 : Leather

Le cuir rivalise de fantaisie et de technologie.

Technicité, éco-reponsabilité et créativité sont les trois piliers qui soutiennent le marché du cuir. Ce sont aussi les principaux centres d’intérêt des acheteurs, « toujours plus engagés et passionnés par les nouvelles technologies sur Première Vision Leather », selon le retour des exposants.

 

Leather 2

Leather 1

« Cette saison, il y a un renouveau du visitorat avec de jeunes entrepreneurs qui se lancent, c’est une nouvelle génération encore plus avertie », apprécie la responsable France de la société italienne Ecopell.

Les spécialistes du cuir déploient alors leurs trésors de créativité. « C’est ici, à Paris, plus qu’ailleurs, qu’il faut montrer nos savoir-faire et nos exclusivités », assure Antonella Mattesini, co-dirigeante de l’entreprise GiancarloCaponi. La société italienne présente des peaux d’agneau d’une sophistication raffinée, peintes à la main, brodées et reperlées. Les pièces uniques sont à l’honneur. De la broderie Cornely revisitée en cuir, tout en courbes et arabesques, au dévoré de cuir dans une veine textile ornementale.

La fantaisie capte toutes les attentions. Le veau est apprécié perforé (Tanneries Du Puy), travaillé avec un aspect nid d’abeille (Tanneries Hass) ou encore un effet « mosaïque de piscine » (Bassols)

« Aujourd’hui, le marché est concurrentiel et inégal. Certaines marques marchent fort. D’autres souffrent. Il y a une multiplication de capsules et de petites séries qui demandent de la réactivité», constate Michaël Perez, le directeur général de France Croco. L’impression digitale fait une entrée remarquée dans sa collection. Ici, la gare centrale de Milan apparait sur une peau de serpent. Là, c’est un décor de tapis amish. Dans une autre veine créative, une peau d’alligator révèle des pigments luminescents ou des tartans tracés à la main. « Être force de propositions auprès des créateurs et des couturiers est une nécessité absolue », poursuit l’expert. Les nouvelles technologies arrivent ainsi en renfort – sérigraphie, découpe laser, haute-fréquence (Nuti Ivo, France Croco).

L’autre actualité du marché concerne le tannage végétal. « La demande est croissante », confirme-t-on sur le stand de La Tannerie Arnal, spécialisée dans la fabrication de cuirs de bovins à destination des marchés de la sellerie et bourrellerie, de la maroquinerie, de la chaussure, de la décoration et des intérieurs cuir. « Aujourd’hui, nous arrivons à des degrés de souplesse équivalents aux autres tannages, cela motive les acheteurs », observe Olivier Raynaud, le dirigeant de Raynaud. Des propositions « chrome free » se développent également chez Dani, New Pelli, Olivenleder, France Croco. La conscience « verte » dépasse le stade des produits, elle concerne tout le process de fabrication. La révolution verte est en marche chez Nuti Ivo : des machines de pointes permettent de réaliser des économies d’énergie (-20%), de produits chimiques et d’eau (-30%). « Le consommateur attend aujourd’hui des garanties d’innocuité, de transparence et d’éco-responsabilité », conclut Mario Donati, le dirigeant.

Consultez la liste complète des exposants de Première Vision Leather =>