Les nouveaux codes du tailoring

Nouveaux matériaux, nouveaux touchers, nouveaux styles : pour la prochaine saison automne-hiver 20-21, des formules textiles et des finissages innovants promettent de renouveler les codes d’élégance du tailoring sous le signe d’une fermeté affutée, suggérant des solutions créatives où le passé et le futur, la tradition et la technologie se marient.

Repérage par les entreprises italiennes Lyria, Bonotto, Tessilbiella et par la japonaise Takihyo.

Passé et futur, élégance et confort, distinction et attention à l’environnement : c’est le mariage heureux rendu possible par la rencontre entre laine et polyester recyclé mise en valeur par les créations de Lyria et Bonotto.

 

 

Lyria©

Bonotto©

Lyria interprète cette rencontre par sa gamme de tissus Pianki  : des popelines de laine (60%) et polyester recyclé (40%) au look distingué, déclinés dans des motifs à carreaux dans les tonalités du gris, à qui des touches de blanc assurent une luminosité unique.

Bonotto s’apprête à révolutionner le marché du tailoring par sa gamme de tissus 100% polyester issu du recyclage des bouteilles de plastique (23 bouteilles d’eau pour 1 kg de tissu) : émulant la morphologie de la laine au niveau des rubans de carde, ces tissus naturellement cruelty free reproduisent en tout et pour tout le toucher et la douceur de la laine, garantissant de surcroît une traçabilité totale et un épargne énergétique (-60%) et d’eau (-94%) extraordinaire. Les possibilités d’application de ce nouveau matériau sont virtuellement illimitées : des lainages mélange on ne peut plus classiques aux jacquards déjantés associant motifs orientaux et touches fluo joyeusement pop.

Chez Takihyo et Tessilbiella, ce sont les touchers qui viennent suggérer de nouvelles coupes et de rendus visuels inédits : le tissu 100% laine présenté par Takihyo se caractérise par une main sèche et nerveuse et par une fermeté affutée rendues possibles par une finition chimique en résine. A l’aspect à la fois élégant et technique, ce tissu a la particularité d’être produit avec une machine Bradford rarissime qui remet à l’honneur le savoir-faire textile anglais du XVIIIème siècle.

Chez Tessilbiella, c’est précisément la culture japonaise qui inspire une gamme de laines organiques bi-stretch (60% mohair, 40% laine) caractérisées par une main sèche type papier suggérant des coupes géométriques audaces.

Takhiyo©

TessilBiel©

Autant de nouveaux codes pour le tailoring de demain…

Retrouvez les produits de nos exposants sur la Marketplace Première Vision