La sélection Fancies du printemps-été 21

Les points forts décors de la saison illustrés par les métiers de l’impression, du jacquard, du teint fil, de la dentelle et de la broderie.  Les décors phares pour une mode quotidienne ou habillée. Les points forts pour la mode éco-responsable.

Les décors du printemps-été 21 ouvrent une saison allègre, à la fois assagie et expressive. Délicatesse et raffinement s’allient à l’éloquence des savoir-faire, à des double-lectures savantes pour raconter un décor majoritairement végétal, épanoui, sur des fonds qui deviennent des acteurs à part entière. L’offre écologique grandit et renforce l’idée d’une mode respectueuse et hautement fantaisie.

Fraîcheur estivale

L’été apporte son lot de fraicheur avec des décors adoucis en couleurs.
Les fleurs s’épanouissent et se racontent dans des écritures candides. Rondes et imprimées sur des fonds à l’irrégularité frissonnante, elles prennent des airs désuets, et deviennent évanescentes sur des organzas et organdis.
En ton sur ton délicats, les jacquards semblent soufflés d’une brise estivale. Aquarellées, légèrement brouilles, véritables ikats en soieries, les fleurs jouent aussi le jeu de l’apparition/disparition.
Jardins naïfs et paysages printaniers issus de carnets de croquis, charmantes broderies anglaises réimprimées.
Les feuillages font écho à une jungle bienveillante, haute en couleurs qui s’exprime en grand et est traitée façon BD.

Gestuelle expressive

Les tracés des dessins célèbrent la sensibilité de la main humaine. On retrouve la trace d’un coup de pinceau, l’empreinte d’esquisses engagées, le passage d’une encre aquarellée. Les graphismes sont fluides, aisés, libres et sincères. Des aplats texturés, des couleurs qui s’infusent, des formes aux contours plus arrondis, des géométries imprécises, douces, comme à la peinture sur soie.
Des graphismes cernés aussi bien en impression qu’en broderie, dentelles Corneli aux sertis matériels et presque artisanaux.
Des floraux et graphismes stylisés façon papiers découpés, savamment étudiés. Des compositions pleines en dentelle, où les dessins s’opacifient.

Dessiner avec l’espace

Le décor s’empreinte d’une modestie sereine : Les dessins s’espacent et laissent s’exprimer les fonds, travaillés, armurés, animés de subtiles structures. Des impressions de fleurs aérées, apaisées, clairsemées dans l’espace. Une respiration estivale, des visuels épurés qui jouent le plein et les vide. Transparences et semi-opacités en soierie, jacquards en fils coupés largement ouverts. En broderie, des fleurs délicates, dessinées en filigrane, accentuent l’importance d’un manque apprécié, mis en valeur par des fils colorés.

Rusticité précieuse

L’influence d’un artisanat plus brut et hautement sophistiqué infuse les produits les plus luxueux : les broderies matérielles, aux accents Arte Povera, valorisent l’esprit récupération, les dentelles leavers de fleurs grimpantes, se raffinent de touchers cotonniers, les guipures en cordes et les jacquards raphia s’ennoblissent de mains adoucies. Fils subtilement effilochés, tressages et jacquards illuminés de pépites scintillantes. Des surfaces aux irrégularités marquées s’amusent des faux semblants entre visuels et touchers.

Surenchère éloquente

Les techniques et les métiers s’additionnent et se superposent pour une extravagance joyeuse et festive : broderies et sequins multicolores réimprimés, impressions aléatoires magnifiées par des fils métallisés brouillant la lecture, jacquards aux multiples reflets sur fonds mouvants et cabossés. Des excès de reliefs avec des pétales paillettes extra -larges, des brillances ondoyantes, liquides et fuyantes en soierie.