Bilan salon Fabrics – septembre 2018

Fabrics a bénéficié d’un élan créatif

Les marchés textile sont à l’image des tissus de la saison de l’hiver prochain: mouvants, surprenants… Tout en mouvement ! Les changements macro-économiques actuels rebattent les cartes. « D’un côté, le marché mondial se fait plus global et, de l’autre, il devient plus pointu avec une profusion de produits de niche. Aujourd’hui, tout peut coexister, les demandes sont éclectiques. La mode joue sa propre partition avec des accords parfois improbables », constate Romain Lescroart, le Président de Sophie Halette. Cette maison française de tulle et de dentelle connait bien la musique. Préciosité et technicité attirent les audacieux. Son processus de plastification inédite, basé sur l’insertion d’un fil plastique au coeur d’un motif vintage, remporte un vif succès.

Beaucoup de « curiosité » et d’« élan créatif » ressentis chez les acheteurs cette saison. « Ils ont soif de nouveautés et d’innovations », remarque-t-on chez Miroglio Textile qui développe l’impression digitale à marche forcée. « Ils osent », lâche Jean-Christophe Dutel, tenant en main un tissu fantaisie à fils coupés. Pour le dirigeant de la société Dutel, ces attitudes volontaires confirment le vent de reprise ressenti depuis plusieurs mois. « Le Japon, la Corée et le marché européen se renforcent. Et la Chine repart de l’avant. » Dans les allées, la présence renforcée des Anglais a été soulignée. « Le Brexit? Un non-sujet », assure Sandra Ek. Cette commerciale chez Liberty évoque un marché toujours « stable », « sans fluctuations commerciales » et avance des chiffres en légère progression grâce à la percée de nouvelles qualités imprimées comme la soie et le velours.

Fabrics12 Fabrics14

Au Salon, les savoir-faire uniques sont prisés. « De nouveaux acheteurs étrangers viennent chercher nos compétences aiguisées en mousseline de soie», remarque Eric Sauvage Chez Sfate & Combier. Cet expert des tissus légers depuis 1850 évoque « une belle progression » de son chiffre d’affaires soutenue par la croissance du marché américain notamment. Un marché également porteur pour Velcorex. Ce spécialiste du velours et du sportswear depuis 1825, se frotte les mains : « le velours, surtout le câble, revient en force. Les marques cherchent notre expertise en tissage et finissage qui promet un tomber et un toucher incomparables. Nous tablons sur une progression des ventes de 25% à 30% cet hiver. Le stand n’a pas désempli!», se réjouit Karine Pallotto, la directrice produit.

La montée en gamme des collections se poursuit : « les designers s’orientent vers nos plus belles qualités, à l’instar de cette draperie double face en cachemire traitée déperlante pour danser sous la pluie», sourit Elena Comunian, la directrice marketing de l’entreprise italienne Lanificio F.lli Cerruti. Chez Menchi Tessuti, des qualités parfois moins coûteuses sont adoptées grâce à leur main fastueuse: « ces étoffes en poils de chameau ont l’aspect visuel d’une fourrure zimbeline » révèle Kristina Reinfeld. Les matières trompe l’oeil captent l’attention. Comme le prouve le succès du tissu responsable imitant le cuir de la société Japonaise Toray Industrie. Il a remporté le prix 2018 des PV Awards dans la catégorie Fashion Smart Creation.

Voir la liste des exposants de Première Vision Fabrics

PREMIÈRE VISION FABRICS, HALL 5&6