Ouverture de la saison printemps-été 2021

“Nous sommes dans un moment unique de l’histoire de la mode”

Toujours à l’avant-garde, la mode exprime à sa façon des grands courants qui agitent la société, et avant tout le désir profond de construire un monde différent. Éthique, respectueux et tourné vers l’essentiel.

Le printemps-été 21 exprime la volonté d’ouvrir des perspectives, d’agrandir le champ des possibles et surtout d’agir. Nous entrons dans une saison très consistante, nourrie par une soif de développement de produits intelligents, sensibles, en phase avec les nouvelles exigences d’une société en mutation. Et le moment que nous vivons aujourd’hui est extraordinaire !
Grâce au questionnement écologique, le grand public s’intéresse comme jamais à nos métiers, à l’amont de la mode. Les gens se posent enfin la question de savoir où, comment et par qui, a été créé le tee-shirt qu’ils enfilent. Combien de gens ont participé à sa fabrication. L’achat d’impulsion demeure mais le consommateur est désormais en quête de rationalité. Il entre dans la réalité de l’offre, s’intéresse aux processus de la mode -les matières premières, les circuits de production et de distribution du vêtement. Ce questionnement dépasse la compréhension du marché, il témoigne d’une quête de liens, d’histoire et de valeurs. Il illustre également une conviction : avec des idées neuves, il est possible de produire propre -en respectant notre planète et même en lui faisant du bien. Il existe aujourd’hui des activistes de la beauté des métiers et Première Vision se veut, plus que jamais, le vecteur de ces idées neuves, grâce au réseau et au tissu industriel unique que constituent nos exposants. Et cette énergie créative se mue déjà en propos de mode avec l’émergence -pour le printemps-été 21- de quatre tendances majeures. Parfaite expression de ces temps de rupture et de transformation. 

Le mouvement
L’heure est à l’instabilité et la quête de changement se traduit par un travail esthétique sur le mouvement. Le côté iridescent de matières poncées, cirées, glacées ; les jeux de lumière qui font vibrer les couleurs avec des moirées, des brillances, des tissus ondulés.

La matérialité
Le printemps-été 21 privilégie les transparences légères et denses à la fois, misant sur les superpositions et le désir renouvelé du poids zéro avec ces effets doudoune, plébiscités pour leur mix de légèreté et de densité. Les volumes se font plus structurés et plus ronds. C’est une ode aux plis généreux et à la souplesse -de la maille, du cuir, de nouvelles viscoses produites de façon écologique. Cette souplesse s’applique aux accessoires avec des arrondis, des angles émoussés et également aux décors avec une profusion de motifs imposants, floraux notamment.

L’aspérité
Une seule règle : pas d’uniformité ! Les développeurs informatiques privilégient des dessins incroyables, relevant le défi d’offrir des inspirations aussi fraîches, aussi drôles que celles des jeux vidéo. Le travail en 3D influence le design et cherche à mettre en valeur la singularité, donnant aux matières des aspects très bruts : du grain dans les tissus et les cuirs, des boutons, des multicouches. On refuse le côté lisse pour plébisciter un esprit brutaliste.

La réduction positive
Cette tendance à l’économie transforme la façon de consommer mais aussi de concevoir. On cherche à réduire le superflu dans la chaine de production pour offrir un objet unique, aisément traçable et très différenciant. Les dessins s’allègent de fioritures et d’extravagance inutiles. Les produits se font plus bruts et plus vrais. On met davantage en valeur l’essentiel : la qualité, des matières belles et durables, On se veut moins complexe, plus lisible et plus vrai. Car aujourd’hui, on ne peut plus tromper.

Découvrez en plus sur les inspirations pour la saison, ainsi que les grandes thématiques de mode lors de nos séminaires sur les salons de Première Vision.

Article suivant Arrêt sur image avec Cody Cobb pour l’été 2021

ArticlesConnexes

Pauline Guerrier donne corps à l’immatériel