Ouverture de la saison de l’AH 20/21 : Décors

La saison 20-21 initie une mode plus humaine, protectrice, séductrice, souvent émouvante et envoûtante. La réalité augmentée est pensée bienveillante et intimiste. Les expressions personnelles, secrètes ou ostensibles, se préservent et s’épanouissent dans leurs originalités. La fantaisie s’érige en refuge anti morosité.L’esthétique se nourrit d’imaginaires sans frontière temporelle ou culturelle. La nature se transforme, elle est hybride, artificielle ou brutale. Un monde mutant, étrange et onirique ouvre de nouveaux champs de possibles. Un automne hiver tremplin de liberté, pour transformer les rêves en valeurs individuelles et collectives. Pour être libre d’être unique et multiple, de s’effacer ou de s’afficher. Pour être libre de choisir son temps, accélérer, freiner, se fixer et se projeter loin devant.

Nuits magiques

Se plonger dans l’onirisme des paysages nocturnes

Observer les paysages à l’aube, veiller les crépuscules lointains.
Transcrire l’atmosphère mystique d’une nature intacte, sans figure humaine ou animale.
Révéler l’ambiance surnaturelle des nuits américaines, des éclairages de clairs de lune, du soleil couchant ou de la brume matinale.
Eclairer les forêts de nuit par des lucioles artificielles et des brillances synthétiques.
Faire deviner des végétations inquiétantes, dont les contours sont à peine discernables, avec des foncés colorés en ton/ton.
Dégradés de couleurs, nuages flottants, brumes évanescentes.

Caméléons du décor


Inventer un nouveau camouflage narratif 

S’inspirer des insectes et reptiles dont les couleurs et dessins imitent en mouvement et à perfection leur environnement par des métamorphoses, mutations, et transformations spectaculaires.
Cacher des figuratifs animaliers, humains ou insectes dans le décor.
Se fondre dans le motif, reproduire le sujet dans son contexte avec un jeu de cache-cache ouvragé.
Matérialiser des all-over ultra denses, accumuler dessins, textures et coloris proches pour tromper l’œil, avec un mimétisme pointu.

Fleurs paranormales

Souligner la beauté de fleurs étrangement anormales

Laisser éclore des fleurs extraterrestres, différentes, loin de l’ordinaire.
Lire la délicatesse des pétales fanés aux couleurs subtilement incroyables.
Déformer la perception de floraux connus par des influences digitales.
Créer des croisements étonnants à partir d’espèces connues.
Inverser les couleurs et teindre les bouquets de coloris surnaturels.
Solariser les teintes, brûler les tiges et feuillages, sursaturer les coloris.

Hybrides animaliers

Donner vie à un bestiaire poétique

Dessiner des insectes, volatiles et animaux avec des écritures précises et monocouleur sur des supports réels colorés.
Composer le gris et NB du crayon, du bic ou de la plume aux couleurs pigmentées et plus picturales, et à des aplats couleur.
Mélanger les techniques, accumuler collages, découpages, dessin, gravure, tampon et sérigraphie avec subtilité.
Contraster le réel, la géométrie ou l’abstraction à l’imaginaire d’un monde animalier très dessiné.

Folklores primitifs

Se laisser envoûter par un ethnique inédit et bienveillant

Observer les mythes de civilisations lointaines et leurs peintures spirituelles.
Schématiser des recettes d’élixirs enivrants et de cycles mystiques.
Collecter des grigris enchanteurs et les organiser tels des cabinets de curiosités extraordinaires, en all-overs variés.
Styliser les légendes mythologiques contemporaines et créer des vaudous bienfaiteurs.
Interpréter la symbolique des rêves en objets et outils fétiches.

Géométries essentielles

Surprendre par une fausse simplicité

Donner du volume aux géométriques aux aplats factices.
Créer l’illusion optique d’un 2D avec des perspectives en trompe-l’œil.
Plier, coller, assembler, agencer avec logique et clarté.
Organiser avec une méthode cartésienne et une disposition stratégique.

Penser aux échelles, aux placements et aux coloris, des vifs étudiés, des bi- et tricolores francs et couvrants.

Jeux d’ondulations

Inventer un marbling enjoué et haut en couleur

Dévier les rayures ludiques pour donner du relief et du volume.
Faire cohabiter des traitements graphiques abstraits et variés de la marbrure à des éléments figuratifs.
Laisser fusionner les couleurs en géométries arrondies.
Coloriser des liquides en mouvement avec des coloris ultra-saturés.
Placer les motifs marbrés en contour, bandes ou carreaux, et recouvrir toute la surface.
Travailler en 3D, tourbillonner autour des plans, faire des déformations de perspectives et de torsions.

Arborescences graphiques

Préciser les structures d’une nature verdoyante

Ciseler les feuillages selon leurs veinures.
Croquer les arbres et forêts denses avec une précision minutieuse.
Tracer les contours, graver les sertis avec précision et combler les pleins ou les vides de couleurs surprenantes.
Saisir la beauté du détail d’une racine ondoyante, de l’enchevêtrement complexe des branchages et rainures.
Se laisser envahir de feuilles et feuillages incongrus, mélangeant les origines et les aspects : du palmier aux feuilles de chênes, acacias et charmes s’enchevêtrent, s’hybrident à des reflets synthétiques et remplissent les fonds sans laisser d’air.

Article précédent La gamme de couleurs Première Vision de l’AH 20/21 Article suivant Warren Dykeman : tous ensemble, tous différents

ArticlesConnexes

Simon Hitchens - A-Certain-Reciprocity - PV Paris

Premier regard sur la saison avec Simon Hitchens

Ouverture de la saison de l’automne-hiver 20/21 

Les concertations de Première Vision

Coup de coeur artistique : Bruno Gadenne

Frederic Fontenoy AW 20 21 - Premiere Vision

Frédéric Fontenoy : Le corps en mutation

In the Mangrove by Thai Hà

Coup de coeur New York : rêveries nocturnes