Coup de coeur New York : rêveries nocturnes

Une flore nocturne et foisonnante éclot à New York

Motifs végétaux à la fois fascinants et inquiétants, forêts, jungles, fleurs curieuses en grandes dimensions, occupent une place de choix dans l’offre des décors au salon de Première Vision New York.

Le végétal nous est proposé comme un trésor d’une richesse inouïe, dont irradie une force communicative, un soutien tangible, mais la réalité est troublée, parcourue d’inquiétudes irrationnelles.

Jacquards aux reliefs ondulants, soieries aux reflets enivrants, guipures aux luisances aqueuses, dentelles aux fleurs et feuillages piquants, fausses fourrures aux mouvances mystérieuses…découvrez les premiers développements à retrouver sur Première Vision New York ces 16 au 18 juillet prochains.

Tissus

Designs

Une gravure aussi précise que foisonnante fait forte impression

Abondant, saturé, dense jusqu’à la pénombre, le décor est envahissant, immersif. Il nous dépasse, nous englobe, nous submerge, nous incorpore. Les formes ne peuvent toutes s’offrir au premier regard, elles apparaissent lentement au prix d’un examen attentif, se révèlent peu à peu, s’extirpent de la profondeur et de la multitude. L’image permet un temps de contemplation prolongé, pour qui ne craint pas de s’y perdre, et plusieurs niveaux de lecture selon l’investissement du regardeur.

A la beauté primitive du naturel, qui nous ravit par sa présence vivante, sa prégnance, son épaisseur, à l’heure où, à l’échelle mondiale, on le sent menacé, s’ajoute la crainte de l’illimité, de l’inconnu. Le paysage s’épanche, déborde, sort du cadre.

 Les arbres, noueux, se vrillent et se tordent. L’écorce ressemble à une peau aux plis marqués, aux sillons creusés. Un tissu de vécu qui cherche à se raconter, à parler sans mots directement à notre moi intérieur. Les lianes s’écoulent comme des cordes, et brouillent encore la vision.

Découverte au musée des Beaux Arts de Hanoï*, cette mangrove surgie d’une nature locale exubérante mais aussi pétrie de fantastique, fait parfaitement écho à notre thème« Profondeurs oniriques »  pour la saison automne hiver 2020-21.

 

*Pour admirer en vrai cette gravure sur laque de Thái Hà, il faut vous rendre au musée des Beaux Arts du Viêtnam à Hanoï. Vous y découvrirez des œuvres nées de techniques variées (céramique, sculpture, peinture, dessin, arts populaires) datant de la préhistoire jusqu’à nos jours, réparties sur trois étages et plus de 4700m2. Des expositions temporaires complètent la collection permanente et témoignent d’une vraie énergie dans la mise en valeur du patrimoine culturel du pays.

Article précédent Ouverture de la saison de l’automne-hiver 20/21  Article suivant Les orientations matières de la gamme AH 20/21

ArticlesConnexes

Simon Hitchens - A-Certain-Reciprocity - PV Paris

Premier regard sur la saison avec Simon Hitchens

Les concertations de Première Vision

Coup de coeur artistique : Bruno Gadenne

Frederic Fontenoy AW 20 21 - Premiere Vision

Frédéric Fontenoy : Le corps en mutation

La gamme de couleurs Première Vision de l’AH 20/21

Warren Dykeman - THEGARDEN

Warren Dykeman : tous ensemble, tous différents