Coup de coeur artistique : Bruno Gadenne

Ses forêts nocturnes plantent le décor de la saison automne hiver 2020-21

Jeune artiste français né en 1990 et formé à la Haute Ecole des Arts du Rhin, Bruno Gadenne peint des paysages inspirés de ses voyages menés en aventurier solitaire. Nous ne pouvions pas manquer de vous présenter ses forêts énigmatiques et envoûtantes, qui illustrent à la perfection notre thème « Profondeurs oniriques » pour l’automne hiver 2020-21.

En effet, pour cette saison, la mode devient l’écran de nos rêves. Le décor est très prégnant : on a envie de s’y fondre, de s’y plonger pour se protéger, s’échapper, se ressourcer, s’inventer une vie dopée en imaginaire. La nature y occupe une place importante. Irréelle, inquiétante par ses tonalités obscures quoique pigmentées, elle acquiert une aura fantastique. Elle attire autant qu’elle inquiète. Les motifs végétaux sous éclairage lunaire, recoloriés ou solarisés, adoptent une présence vivante. Une nature sauvage qui va marquer les esprits des designers, et qui permettra la création de chemises ou de robes qui enveloppent le corps de mystère.

Bruno Gadenne possède ce goût du danger sous-jacent, invisible mais palpable dans les territoires sauvages à la végétation prolifique, vierges de présence humaine.

Jungles d’Indonésie ou de Malaisie, ses pas le portent vers des lieux extrêmes dans leur force, leur beauté insoumise, leur échelle, les sensations qu’ils déclenchent chez qui les découvre pour la première fois. Les paysages sont vus de jour, expérimentés personnellement, et retranscrits plus tard à l’atelier dans une palette nocturne conçue par l’esprit. Les repères du temps et de l’espace disparaissent, au profit d’un univers contemplatif qui piège notre regard et notre pensée. Peu à peu, les détails foisonnants inscrits dans le palimpseste de glacis sombres se révèlent ; il faut les avoir mérités en ayant accepté de se laisser doucement absorber.

Pour l’artiste, la nature représente une porte de sortie de la civilisation, un refuge et une échappatoire. Idée enracinée en lui depuis l’enfance, quand il jouait ou lisait du haut de son arbre préféré, se coupant ainsi de la vie des autres, de la course du temps, des obligations. Pour nous qui recevons ces œuvres extraordinaires et curieusement perturbantes, il s’agit d’une folie douce où se laisser couler pour accéder à de nouveaux horizons, Ô combien larges, un ailleurs que l’on peut cultiver à l’intérieur de soi.

Nocturnes

Bruno Gadenne - Première Vision

Découvrez en plus sur les inspirations pour la saison, ainsi que les grandes thématiques de mode lors de nos séminaires sur le salon de Première Vision Paris.

Article précédent Les concertations de Première Vision Article suivant Frédéric Fontenoy : Le corps en mutation

ArticlesConnexes

Simon Hitchens - A-Certain-Reciprocity - PV Paris

Premier regard sur la saison avec Simon Hitchens

Ouverture de la saison de l’automne-hiver 20/21 

In the Mangrove by Thai Hà

Coup de coeur New York : rêveries nocturnes

Forza Giovane - Premiere Vision

Les orientations matières de la gamme AH 20/21

La gamme de couleurs Première Vision de l’AH 20/21

Warren Dykeman - THEGARDEN

Warren Dykeman : tous ensemble, tous différents